1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Pratique de vie intégrale de Ken Wilber,

Ce « livre d’exercices du XXIème siècle pour la santé physique, l’équilibre émotionnelle, la clarté mentale et l’éveil spirituel », publié en 2008 aux USA, s’inscrit dans la démarche du mouvement intégral initié par Ken Wilber. Il s’agit d’une méthode organisée en quatre modules principaux : physique (corps), émotionnel (ombre), intellectuel (mental) et spirituel (esprit) auxquels s’ajoutent des modules complémentaires : le travail, les relations, les émotions, la sexualité, l’éthique. Ken Wilber énonce en quelques mots les enjeux de cette méthode :

« Pratique de Vie Intégrale (PVI) est une méthode intégrée, qui va vous aider à croître et à vous développer jusqu’à vos capacités les plus hautes (dans les relations, le travail, la spiritualité, la carrière, le jeu, la vie elle-même). Il s’agit de développer votre plus grande LIBERTE – liberté par rapport à vos limitations, liberté par rapport à la fragmentation, la partialité ‘ et votre véritable COMPLETUDE qui inclut et embrasse tous les aspects partiels de vous-mêmes et de votre monde, en une vie accomplie, globale et fluide. Vous allez transcender et inclure tout ce qui fait la vie, découvrir et accomplir vos potentialités les plus hautes. »

Ken Wilber a voulu mêler le meilleur des « pratiques de croissance et de développement ». Il parle de pratiques pré-modernes, de pratiques modernes et de pratiques post-modernes. Le programme se veut intégratif, gradualiste, pragmatique et révolutionnaire.

« Intégral, rappellent les auteurs, signifie complet, équilibré et inclusif. Quand nous pensons, ressentons ou agissons de façon « intégrale », nous ne laissons rien d’important de côté. C’est une expérience intuitive qui nous fait nous sentir plus justes, plus vrais, plus en contact avec la réalité. »

Les pratiques proposées sont inscrites dans les modèles théoriques de l’approche intégrale, notamment celui des quatre quadrants ou quatre aspects de la conscience ou quatre dimensions de l’interaction du sujet avec le monde. Les auteurs insistent, avec justesse, sur la nécessité de se réapproprier l’ombre, le côté sombre de la psyché, actif sous le seuil de la conscience. Le lecteur pourra être rebuté par la présentation, très américaine, et même se sentir déçu par le peu d’originalité des pratiques proposées. Mais c’est peut-être leur association qui est pertinente, constructive d’une réconciliation pacifique avec soi-même et l’altérité.

« Les saints et les sages les plus éveillés, nous disent les auteurs, ne sont pas des êtres fades et lisses. Ils sont surtout eux-mêmes, à l’aise dans leur corps et dans leur originalité. Leur personnalité est un véhicule pour leur transparence à l’impersonnel. Ils habitent un lieu particulier dans le temps-espace et ils acceptent cette destinée. Ils n’ont pas honte de leur originalité. Ils ne reculent pas devant la responsabilité de manifester l’énergie et la conscience qu’ils sont. En fait, ils savent qu’ils peuvent seulement le faire d’une façon qui reflète les limites particulières de leur corps-esprit, de leur personnalité et de leur histoire.

Le transpersonnel se manifeste plus complètement à travers le personnel. Et donc, pour s’éveiller au transcendant, il n’est pas nécessaire de passer par un processus d’effacement de notre originalité.

En fait, c’est même le contraire. Il nous faut accepter d’être le personnage de dessin animé unique, parfois maladroit, parfois inspiré que nous paraissons, et nous le pardonner. Il nous faut nous pardonner nos côtés rudes, nos traumas passés, et nos schémas névrotiques.

Quand l’acceptation de soi est complète et naturelle, notre excentricité nous dérange moins, et l’universel rayonne à travers nous plus brillamment. Il ne faut pas voir notre originalité comme relevant d’aspects contractés su soi qu’on associé parfois négativement à l’égo. Notre originalité est seulement la façon dont l’Essence toujours présente choisit de se manifester en tant que nous. Les individus libres peuvent purifier leurs schémas limités quand c’est nécessaire mais ils ne se laissent pas inhiber. Ils font briller l’essence universelle à travers leurs particularités et leur originalité, y compris dans des aspects qui semblent parfois maladroits, bizarres ou faibles. Ils s’acceptent eux-mêmes et ce faisant conduisent l’amour, la lumière et la conscience de l’esprit plus complètement. »

Cet ouvrage, très équilibré entre théorie intégrale et pratiques, propose une vision globale, éthique et créatrice et un programme simple et cohérent de pratiques respectueuses de l’écologie de chacun. S’il n’est pas, comme annoncé, « totalement nouveau », il s’inscrit bien dans la tradition des voies d’éveil qui savent se vêtir des habits les plus divers.