5 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Parcours initiatique et regard symbolique. La basilique de Saint-Just de Valcabrère

L’art des bâtisseurs constitue un fleuron de la science traditionnelle des symboles. A travers la symbolique initiatique de la basilique de Saint-Just de Valcabrère, Anne Laroche de Rosa nous introduit à une culture initiatique singulière qui demeure tout en se renouvelant depuis l’antiquité, celle du Temple de l’Homme inscrite dans les temples de pierre.

« Chaque partie de la basilique – nef, chœur, transept, abside, absidioles, isoloir, tympans, etc. – résonne effectivement en harmonie et cohérence avec tel ou tel organe de notre double de l’éternité, si celui-ci ne souffre pas de dysfonctionnements fondamentaux.

Le parcours initiatique qu’elle décrit est donc une voie essentielle pour appréhender l’état de notre couple duel, double de l’éternité/être direct, pendant que notre double parcourt son chemin de connaissance spécifique et que notre être direct tente d’appliquer les informations et les énergies vibratoires ainsi recueillies en parcourant son chemin de vie. »

Ce processus initiatique rappellera à juste raison à certains les voies dites du corps de gloire. Il exige à la fois l’appropriation d’une science des symboles multimillénaire et le dépassement de celle-ci pour laisser les symboles prendre vie dans une dynamique singulière.

« Basilique, nous rappelle l’auteur, veut dire : LA MAISON DU ROI. La maison symbolise le corps physique que nous empruntons dans cette vie, le roi devient cette conscience reliée au divin régnant en ce corps. »

Anne Laroche de Rosa nous invite à devenir « acteurs dans la lecture des symboles » afin d’actualiser ou de conscientiser l’invisible jusque dans la manifestation. La basilique, lieu d’initiation, est propice à une alliance énergétique, à une réorientation dans une verticalité d’où la grâce n’est pas absente. Le chemin énergétique, serpentin, dans la basilique, est le plus court chemin de la terre au ciel. Ce chemin passe par la décapitation car ce n’est que sans tête, c’est-à-dire, sans mental, dans le silence, que la connaissance se déploie.

Anne Laroche de Rosa fait la démonstration du rapport intime au lieu sacré que nous pouvons instaurer si nous nous affranchissons des présupposés et préjugés communs. Une basilique est d’abord une expérience. Sa richesse symbolique porte les outils d’une alchimie à la fois traditionnelle et originale dans la rencontre, chaque fois unique, du voyageur qui sait se libérer des contraintes du temps.