1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
La naissance de la Province d’Auvergne

Cet ouvrage reprend le mémoire de master 2 de Loïc Montanella sur la naissance de la Province d’Auvergne du Régime Ecossais Rectifié, travail pour lequel il reçut le prix de l’IDERM, Institut d’Etudes et de Recherches Maçonniques.

La matière analysée est la correspondance entre Jean-Baptiste Willermoz et le baron Georg August Von Weiler entre 1772 et 1175, correspondance très riche, fruit d’une collaboration intense qui devait aboutir à l’émergence du RER.

Loïc Montanella fait appel à Jurgen Habermas et à sa théorie de la sphère publique bourgeoise pour traiter de la question de la construction du Régime Ecossais Rectifié :

« Le prolifique chercheur allemand, nous dit Loïc Montanella, s’était lancé dans une analyse de ce processus singulier au cours duquel le public, constitué par une somme d’individus faisant usage de la raison, s’est approprié un espace public, une sphère auparavant contrôlée par une autorité (étatique, royale ou religieuse) ou un modèle faisant autorité, comme celui de la société de cour. Espace que l’on pourrait parfaitement définir comme un territoire qui acquiert progressivement une certaine forme d’autonomie. Territoire au sein duquel se tissent des liens, émergent et se constituent des réseaux, apparaissent des formes nouvelles de sociabilité, se nouent des relations (notamment épistolaires) naissent des discussions, devient en d’autres termes, un espace polarisé de communications. »

Cette approche sociologique renouvèle les méthodologies de la maçonnologie contemporaine et ouvre de nouvelles perspectives, un autre rapport aux sources et l’usage de nouveaux outils. Ainsi par exemple, ce que nous appelons désormais les « ego documents », « les écrits du soi, les correspondances, les récits de voyage, les journaux intimes ou les Mémoires » sont « interrogées selon des modalités différentes ».

« La loge maçonnique d’un côté, l’univers urbain de l’autre, deviennent ainsi des observatoires privilégiés pour l’historien des réseaux et des lieux de sociabilité d’Ancien Régime. De quelle manière, la Franc-maçonnerie en particulier, marque l’espace public et l’espace privé (transformation de la sociabilité des salons en sociabilité de loges) ou, construit cet espace par ce jeu des réseaux communicationnels ? »

Cette approche redonne vie à ce qui est souvent desséché par la critique historique classique. La vie des loges, des rites et des ordres s’inscrit totalement dans l’expérience humaine et dans des mutabilités sociétales, subies ou co-créées.

Si le RER comme objet d’études historiques a donné de beaux travaux, cette approche qui laisse davantage de place aux acteurs eux-mêmes dans leur complexité, en premier Jean-Baptiste Willermoz, permet de mieux comprendre l’influence du jeu, subtil ou grossier, des relations humaines, individuelles, groupales ou collectives, sur les procès qui ont abouti, sur plusieurs années, à la constitution du Régime Ecossais Rectifié.