1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Sur les pas de la Mère Divine de Patrick Vigneau

Aucune région du monde n’a davantage exalté le culte de la Mère Divine que l’Inde même si, paradoxalement, la femme n’en est pas davantage respectée.

Que ce soit sous la forme de Mahadevi, la Suprême, l’Absolu non conditionné, l’épouse d’un dieu ou d’une déesse locale, la Mère Divine imprègne toujours la spiritualité et la culture indiennes. Patrick Vigneau rend compte dans ce livre de son expérience et de sa connaissance de la Mère Divine à travers les traditions indiennes et les rencontres avec Maa, l’un des avatars de la Mère Divine en Inde. « Elle est, écrit-il, à la fois la shakti (la puissance agissante), et la douce mère protectrice.

Elle est adorée comme la Conscience – Force divine qui domine toute l’existence, unique et pourtant si multiple. Elle est bien au-dessus de toutes ses créations. Mais quelque chose d’elle peut être vu et senti à travers ses personnifications, dans lesquelles elle consent à se manifester à ses créatures.

Elle est unique et cependant pouvant emprunter plusieurs formes et même se vêtir de différentes personnalités. La tradition indienne est très colorée. Et dans ses personnifications, il ne faudrait pas la limiter seulement au côté yin, doux, maternant. Elle peut aussi présenter la puissance brute.

En effet on pourra être étonné de voir la figure de Kali, qui n’est pas du tout la mère protectrice, mais la destructrice. Il est très important de comprendre qu’en Inde, le monde est régi par trois grands dynamismes divins : Création, Préservation et Destruction. La destruction ne doit pas être comprise comme négative, mais comme le préalable nécessaire pour une nouvelle création. »

L’ouvrage est composé de regards brefs jetés sur certains aspects de la Déesse pour, peu à peu, en approcher l’intimité. Patrick Vigneau traite d’abord des représentations traditionnelles de la Mère Divine, insiste sur la « mystérieuse Kali » avant de proposer une sélection d’hymnes à la Mère Divine. Puis, il rend compte de sa rencontre avec Maa et nous livre quelques rares dialogues avec celle qui, dit-il, « mit un grand nombre de personnes en route ».

La partie la plus importante de l’ouvrage est consacrée à l’Atma yoga à travers des citations d’instructeurs divers, des extraits de grands textes et les commentaires de l’auteur. En fin d’ouvrage, Patrick Vigneau traite de l’universalité de la Mère Divine et de son inscription dans le judaïsme et le christianisme.