1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Yoga-nidrâ. La pratique du sommeil conscient

Les origines de yoga-nidrâ sont incertaines. On trouve trace de cette pratique dans les traditions shivaïtes, vishnouïtes, védantiques, bouddhistes ou autres. Shiva comme Vishnou sont Seigneurs du sommeil. Pierrre Bonnasse montre comment les diverses traditions peuvent accueillir et accompagner la pratique de yoga-nidrâ.

« Le terme « nidrâ » précise l’auteur, recouvre plusieurs sens. Il désigne tantôt l’action de dormir, de s’endormir, tantôt le sommeil en général (paradoxal ou profond), la perte de conscience au sens ordinaire du terme, la disparition du mental ainsi que de toute vigilance.Mais il désigne aussi la pleine conscience dans le sommeil profond, les rêves ou l’état de veille ; ainsi, il relève de la même nature que Shiva ou Vishnou.

Il est Cela. Le terme « yoga-nidrâ », réfère alors directement à l’union avec cette Présence, ou plutôt, en sa reconnaissance. » C’est ajoute-t-il l’arrêt de la pensée discursive et associative qui introduit la qualité de pure conscience. La vigilance dans les différents états de la conscience, veille, rêve, sommeil profond, permet la saisie de ce qui demeure, le non-né, la « Conscience Je Suis ».

Dans une synthèse très dense mais d’une grande clarté l’auteur présente quelques-unes des facettes de la philosophie indienne : états de la conscience, plans de l’être, conscience énergie, éléments & états de la matière, les qualités du sommeil, psychologie indienne, système énergétique du yoga, expérience du sommeil et de la mort, etc. avant d’aborder la pratique de yoga-nidrâ elle-même.

La structure de yoga-nidrâ est classique. Nous y retrouvons les mêmes étapes ou composants que dans d’autres yogas : postures, souffles, ligatures, gestes, concentrations, mantras… Mais, indique Pierre Bonnasse, « la spécificité de yoga-nidrâ réside dans le fait d’insister sur les zones de passages, comme l’endormissement, pour naturellement suspendre la pensée tout en restant parfaitement vigilant ».

Il présente aux lecteurs quelques pratiques préparatoires avant d’aborder les pratiques pour l’endormissement, les pratiques de nuit, les pratiques pour le réveil du matin et le yoga du rêve qu’il introduit par cette phrase-clé : « La meilleure manière d’être conscient de ses rêves la nuit est d’abord d’être conscient de ses rêves le jour. ».

Enfin, il décrit une séance type de yoga-nidrâ même si chaque école ou chaque instructeur déploie son propre style pour atteindre cet art de vivre en pleine conscience.