1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Le yoga caucasien de Ashtar Khan

Ce livre est très intéressant une fois écartés les commentaires qui cherchent à décaper utilement mais qui, finalement, ne sont devenus en quelques années que d’autres poncifs des voies d’éveil.

On s’intéressera donc particulièrement aux Sept Arcanes de Maîtrise selon le Comte Stéphan Colonna Walevski, un ensemble de pratiques très cohérentes dans lesquelles la respiration consciente et la division de l’attention sont essentiels pour devenir « vivant » et cesser d’être vécu.

« Vous êtes le centre mathématique et géométrique de tout l’univers, dit le Conte Walevski, vous êtes ce centre, d’une lumière qui s’étend à l’infini. Au lieu que les choses vous commandent, vous commandez aux choses. Vous êtes le Seigneur dans votre univers, qui est l’univers désiré, où vous pouvez demander, ordonner, faire actes de volonté, commander. C’est la règle d’or ; être, exister n’importe où, en n’importe quel lieu au même moment. Au moment où vous réalisez et devenez pleinement conscient que vous êtes le centre de l’univers, vous êtes ce centre. »

Rappel de soi, silence, présence, telle est la voie. Les liens faits avec certains aspects du shivaïsme non-duel et le Vijnanabhairava tantra sont souvent éclairants.

Ashtar Khan s’attaque lucidement à nombre de préjugés qui polluent le monde dit « initiatique » au risque parfois d’en créer d’autres là où il n’y en réalité aucune règle. Des anecdotes et des métaphores jalonnent le texte, parfois pertinentes opérativement comme celle de la main ouverte et de la main fermée. Des distinctions entre diverses techniques d’immortalités, réelles ou supposées peuvent se révéler utiles au pratiquant tout comme des essais de différenciation de l’initiation.

« Il existe des initiations qui ne relèvent d’aucuns rituels et dont les effets sont à courts termes, à moyens termes, ou à longs termes. J’en ai reçu plusieurs dont une à court terme. Elles sont très rares. Elles ne peuvent pas transformer notre nature intrinsèque qui est immuable et dans l’absolu parfaite, mais la manière de voir le monde, d’être dans le monde. Elles nous ouvrent le cœur, siège de la conscience, et nous placent au centre de l’univers. Elles nous installent dans la Vérité. Les illusions tombent à jamais. »