1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Rit Français d’origine 1785

Sans sa préface, Pierre Mollier, constatant la multiplication des études sur l’histoire des rites maçonniques, énonce cette remarque : « ces rites nous « parlent » souvent plus dans leurs versions initiales du XVIIIe siècle que dans les formes qu’ils ont prises aux XIXe et XXe siècles ».

S’approcher de l’intention première c’est en effet mieux saisir l’Orient qu’elle recherche. Le travail de retour aux sources, même si celles-ci sont parfois confuses, peut servir l’opérativité du rite.

Le rituel étudié ici, « Régulateur du maçon », du Rit Français ou Rit Primordial de France, est la version établie dans les années 1780 dans le cadre du Grand Orient de France.

L’enjeu de ce travail est clairement énoncé par les auteurs :

« Le premier rite de référence a été adopté officiellement par le Grand Orient De France en 1785 (Apprenti Le 15 juillet, Compagnon Le 29 juillet et Maître Le 12 août). Tombé en désuétude au XIXe siècle, il a été revivifié au cours du XXe siècle, mais n’a repris réellement force et vigueur que dans les années quatre-vingt-dix. Les études symboliques le concernant sont très rares, voire confidentielles. De ce fait, de nombreux cherchants, qu’ils soient écrivains ou conférenciers en Loge, utilisent les explications symboliques des autres rites, ce qui pourrait laisser entendre que la symbolique est la même pour tous les rites ; or, il n’en est rien.

L’objectif de la présente étude est de montrer les spécificités symboliques et initiatiques fondamentales de ce rite. »

Parfois considéré avec condescendance, quand ce n’est du mépris, par les tenants d’autres rites plus à la mode, ce rite est pourtant d’une grande richesse. Les auteurs ne tombent pas dans le piège de l’étude comparative afin d’identifier la propre cohérence interne du rite et sa dimension initiatique particulière, sa signature en quelque sorte. Ils rappellent les composants essentiels de cet ensemble traditionnel que sont les tableaux et les instructions du grade, dont l’étude est parfois négligée. C’est d’ailleurs l’étude approfondie du tableau et de l’instruction, « qui sont à l’origine du rituel et non l’inverse » remarquent-ils, qui fournit l’essentiel de la matière de l’ouvrage.

Cette étude conduit au cœur du Rit Français mais elle typifie aussi le rapport que tout chercheur devrait établir avec le rite qu’il pratique pour le rendre réellement vivant.