La colonne vertébrale, une cartographie de nos émotions refoulées

« Beaucoup de mes patients affirment que je suis voyant, mais ce n’est pas exact, je ne fais que lire leur colonne vertébrale : tout cela demeure très rationnel !...» nous-dit Roger Fiammetti, kiné-ostéopathe, formateur et auteur de nombreux ouvrages. La « nouvelle psychosomatique », dont nous poursuivons l’exploration dans le présent entretien, conserve néanmoins tout un pan irrationnel, une part d’ombre, que la médecine traditionnelle occidentale n’a pas encore mis à jour. En effet, comment expliquer que le corps puisse garder la mémoire d’une forte émotion alors même que le patient n’en n’a plus aucun souvenir conscient?

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
50:22
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

De là à affirmer que les éléments constitutifs notre « mémoire » ne soient pas l’apanage exclusif de notre seul cerveau, mais bien de l’ensemble de notre corps, de nos cellules, os et organes, il n’y a qu’un pas que la nouvelle psychosomatique nous invite à franchir, et Roger Fiammetti à pieds-joints.

Nos vertèbres : à la fois archivistes et fusibles de nos émotions.

fiammetti roger vertebres 1fiammetti roger vertebres 2

Cervicales, dorsales, lombaires : Roger Fiammetti nous présente ici la méthode thérapeutique qu’il a développée et nommée « somato-émotionnelle ». Une lecture de notre corps qui indique que chaque vertèbre s’engramme, au fil des évènements marquants de nos biographies, de certaines émotions. Un processus, une érosion devrions-nous dire, qui résulte de ce perpétuel va-et-vient que supporte notre colonne vertébrale entre nos « sentiments » (matérialisés tout en haut de notre colonne, sur un plan mental et dicible) et nos « émotions » qui se nichent le long de cet axe central.
Ainsi, à travers cette grille de lecture psychosomatique, la vertèbre C2 est reliée à la reconnaissance, la D9 à l’abandon, la L3 à la trahison, etc.
Une approche étonnante puisqu’elle donne véritablement « la parole » au corps, « ce terrain où se joue toutes les tragédies » nous-dit Roger Fiammetti , et dont il essaye de comprendre la grammaire, la syntaxe et le vocabulaire.

Souhaitez-vous, à votre tour, parcourir ce « livre muet » dont nous sommes à la fois les auteurs et les premiers acteurs ?

Haut