2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
pratiques alchimiques des Rose-Croix

Introduits par Fred MacParthy, Sesheta Editions

Tous ceux qui ont eu l’opportunité d’étudier le Thesaurus Thesaurorum des Rose-Croix d’Or connaissent l’importance de ce courant hermétiste qui connut une profonde influence. Aujourd’hui encore.

En 1710 paraît à Breslau un ouvrage de Samuel Richter, disciple de Paracelse et de Boehme, qui signe Sincerus Renatus. Cet ouvrage se termine par les 52 règles de La Profession des Rose Croix d’Or, antérieure à Samuel Richter. L’ouvrage s’inscrit d’ailleurs dans une continuité traditionnelle, empruntant à des écrits rosicruciens antérieurs. Les Rose-Croix d’Or furent présents dans de nombreux pays européens et semblent avoir été particulièrement tolérants en matière religieuse.

Les descendants de la Rose-Croix d’Or considèrent, non sans raison, que les célèbres manifestes de 1614, et 1615, autour du personnage mythique de Christian Rosenkreutz, attribués au cercle de Tübingen, furent écrits par des dissidents des cercles de la Rose-Croix d’Or. Kabbale, théurgie, alchimie, externe et interne, comme le montre le Thesaurus Thesaurorum, tiennent une place importante dans cet enseignement.

Il y a souvent confusion entre ce courant ancien et l’Ordre des Rose-Croix d’Or d’Ancien Système qui apparût au milieu du XVIIIème siècle, sans doute la première organisation rosicrucienne empruntant le modèle structurel maçonnique. Ce système se développe en Allemagne à travers la Stricte Observance Templière. L’enseignement est proche de celui de L’ordre des Philosophes Inconnus du Baron Tschoudy (1727-1769) et puise aussi dans les enseignements alchimiques des Rose-Croix d’Or du XVIIIème siècle. L’ordre est structuré en 9 gardes, structure qui inspirera nombre de sociétés rosicruciennes postérieures même si celles-ci ne peuvent prétendre, comme la Golden Dawn, à une quelconque filiation. Le positionnement conservateur et nationaliste de l’Ordre engendra nombre de conflits, extérieurs mais aussi internes. Ils s’opposèrent à une Franc-maçonnerie moderniste pour défendre une vision traditionnelle du monde.

Ces conflits et ces évolutions donnèrent naissance à deux mouvements  très intéressants, Les Frères de St Jean l’Evangéliste d’Asie et d’Europe, autour de Hans Heinrich von Ecker und Eckhoffen (1750-1790) et Franz Thomas von Schoenfeld (1753-1794). Ce courant sera plus kabbaliste, proche de la kabbale d’Isaac Louria qu’hermétiste. Très intéressant également sera La Rose-Croix d’Or d’Ancien Système Russe ou Degré Théorique, autour de Nicolas Novikov (1744-1818). Leur activité culturelle sera considérable et leur visibilité leur vaudra de nombreuses hostilités dont celle de l’Eglise Orthodoxe Russe. Novikov et ses amis seront à l’origine de ce que l’on appellera plus tard le martinisme russe.

Après l’introduction historique détaillée de Fred MacParthy, le livre rassemble le texte de l’Initiation au second degré de Theoreticus II° et les instructions du grade, à caractère principalement alchimiques. Suivent Le Grand-Œuvre Minéral de l’Ordre des Rose-Croix d’Or d’Ancien Système. Instructions spéciales concernant les Opérations du Grand-Œuvre minéral aux grades de Practicus III°, Philosophus IV° et Minor V° puis Instructio Mysterii Magni Descriptio Hoc Est : Lapidus Mineralis Praeparatio in Via sicca. Ex Philosophica Deisciplina cum Concordia Fratrum Roseae Aureae crucis qui traite de la Pierre minérale par la Voie Sèche.