1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

La revue du Cercle Villard de Honnecourt de la GLNF propose une fois encore un numéro passionnant. Au sommaire, nous trouvons notamment le manuscrit Copiale 3, « manuscrit crypté, d’origine allemande, découvert à Berlin-Est après la guerre froide. Il est daté d’environ 1760-1780. ». Le texte, curieux, évoque la Franc-Maçonnerie ou un système paramaçonnique. Il parle d’initiations et le lecteur franc-maçon reconnaîtra pour partie un vocabulaire familier. Jean-Claude Darras propose une introduction pertinente à une approche comparée de la pensée traditionnelle chinoise et de la Franc-Maçonnerie. Marcel Schmeisser s’intéresse à la Rose-Croix du XVIIème siècle et à son influence. Lucide sur ce monde, il conclut ainsi :


« La pensée Rose-Croix dans sa pureté d’origine, tout comme celle de la Franc-maçonnerie reste toujours d’actualité, par son éthique et sa spiritualité, permettant de donner un sens à notre vie dans ce milieu particulier du XXIème siècle, dans lequel nous vivons et que nous subissons ; remplir le vide existentiel de plénitude, afin de faire face à cette nouvelle époque charnière, celle d’une mondialisation déshumanisée, d’un matérialisme débridé, sans foi ni loi, que nous impose une société destructrice d’intériorité !
Pour transcender ce chaos, il ne nous reste que notre confiance en l’idéal maçonnique, en la pensée humaniste Rose-Croix, et notre foi en une puissance suprême exprimée sous le nom de Grand Architecte de l’Univers ! »
Sylvain-Christian David rédige une longue étude sur Lautréamont dont nous trouvons ici la première partie. Il rend Lautréamont et ses lecteurs à leur liberté, en l’exfiltrant de la prison dans laquelle l’édition « définitive « de la Pléiade a voulu le cantonner. Toute pensée instituée est morte et Lautréamont est ainsi rendu à la vie :
« Le jeu nouveau consiste donc à retrouver d’inconnues richesses sur Ducasse, et à rendre au plus vite cette œuvre, un instant distraite par des unités confiscatoires, à ses lecteurs libres, infiniment nombreux, infiniment curieux, et chaque jour plus soucieux d’en savoir davantage sur le compte dangereusement irrécupérable d’Isidore Ducasse.
L’avenir est donc aux surprises. Il les tiendra. »
Nous attendons avec impatience la suite.
Le lecteur croisera aussi dans cette livraison Sénèque, Mallarmé, Paul Dermée, Eugène Fromentin…

Cahiers d’Occitanie M.C. Publicité, 17 ch. De la Plaine Andrau, 31140 Aucamville, France