1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Albert Jonchery touche avec ce livre à une question fondamentale de la démarche initiatique traditionnelle, à laquelle se trouvent confrontés tous les opératifs, celle de la puissance du symbole, de son efficience, de sa fonction, en même temps que le jeu de cette même puissance, face au pouvoir, génère bien des confusions.

Ce n'est pas le moindre des paradoxes que cette question soit justement soulevée dans la collection Humanisme et Tradition, proche d'un Grand Orient de France souvent qualifié de non-traditionnel.
L'ouvrage est savant, la démarche complexe et riche. Du symbole, l'auteur cherche à dessiner les contours du symbolisme, en s'appuyant sur plusieurs disciplines, de la linguistique à la psychanalyse, en passant par la philosophie et nombre de sciences humaines, en explorant divers contextes, profanes, ou sacrés.
L'érudition de l'auteur fait de ce livre un passionnant voyage, moins toutefois au sein du monde sacré, même si l'auteur regrette une désacralisation du symbole, que dans le monde de la psychanalyse et finalement de la rencontre entre psychanalyse et franc-maçonnerie. A partir de la question "Y-a-t-il un impact du symbolisme maçonnique sur le développement psychique ou intellectuel du Maçon ? Pourquoi, et dans l'affirmative, comment ?" l'auteur quitte la structure de surface du langage pour traquer le pouvoir expérientiel du symbole. L'auteur définit ainsi sa démarche :
"1- On laissera pour une fois entre parenthèses les analyses philologiques sur le sumbolon grec et le symbolum latin - ce qui n'infirme en rien leur intérêt propre.
2- On prendra en compte l'émergence de substantifs nouveaux, le symbolisme, la symbolique, etc.
3- On abordera la conception d'un méta-symbolisme qui permet de rendre compte du fonctionnement et de l'efficacité, bref de l'impact."
L'un des enjeux consiste à éclairer la mutation de la franc-maçonnerie. La F:.M:. a-t-elle évoluée "inspirée de l'extérieur, par l'évolution des idées et des connaissances" ou, au contraire, l'évolution de la F:.M:. est-elle le résultat d'un phénomène interne, "effet psychosociologique d'un choix, celui de reconnaître des symboles et non des discours dans l'efficace du rituel" ? La F:.M:. est-elle devenue libérale par la subversion du monde profane, ou y-a-t-il une évolution parallèle mais fortuite entre le monde profane et la maçonnerie libérale, dans laquelle le symbolisme serait le moteur ?
La maçonnerie hermétiste, verra en Albert Jonchery un adversaire, et pour une part, mais une part seulement, ce ne sera pas sans raison, mais cet adversaire est d'une toute autre stature, en ce qui concerne le sujet de l'opératif et du symbolisme que ses adversaires habituels, Umberto Eco y compris, car loin d'enfermer dans un tissu de réponses, qui se cristallisent assez vite en un nouveau dogme, il ouvre des portes, trop et trop vite parfois, mais oblige à remettre en cause les idées reçues qui ne manquent pas, pour instaurer un questionnement qui n'aurait jamais dû quitter les loges, qu'elles soient libérales spiritualistes ou hermétistes.
Voici donc un livre difficile mais nécessaire, qui ne saurait laisser indifférent le franc-maçon soucieux réellement de franc-maçonnerie.