1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Marcel Rufo avait attiré l'attention des médias avec son Ædipe toi-même paru aux Editions Anne Carrière en 2000. Avec cet ouvrage consacré à un thème difficile et peu traité, il livre sans doute son travail le plus important.

Basé sur la clinique, mais aussi sur les mythes et les contes, d'une grande clarté, ce livre s'adresse aussi bien aux professionnels de la relation d'aide qu'aux parents soucieux de mieux comprendre " ce qui arrive ".
Intimité imposée et non choisie, la fratrie est le lieu même de l'hypercomplexité des rapports humains. Dès l'arrivée du deuxième enfant, le monde bascule, prend une dimension nouvelle, dans laquelle les choses ne vont pas de soi.
Marcel Rufo aborde tous les aspects de la fratrie, l'arrivée du second, les rapports entre aîné et cadet, la rivalité entre frère et súur, le jeu des préférences, l'adolescent dans la fratrie, la gémellité, l'adoption, avoir un frère ou une súur handicapés, les fratries recomposées. Il termine ce travail en répondant à la question : Qu'est-ce que la fratrie ?
Extraits :
" Les situations, la puissance des liens qui unissent les frères et súurs sont tellement variables qu'une définition de la fratrie en quelques mots est impossible. "
" Les relations entre frères et súurs sont le résultat d'une grande intimité qui n'est pas choisie mais imposée par les parents. Les enfants savent très tôt que leurs parents leur ont donné ce ou ces partenaires pour la vie. J'aurais tendance à comparer la fratrie à une maladie chronique, avec ses moments de crise et ses précieux instants de répit. Mais, parmi les maladies infantiles, elle présente une particularité étonnante : elle se déclare avant même que l'enfant ne rencontre l'agent déclenchant. Une situation tout à fait exceptionnelle en médecine ! En effet l'irruption chez l'enfant de sentiments contrastés, que rien ne laisse prévoir - il réclame même un frère ou une súur pour jouer -, s'observe dès qu'il apprend que ses parents ont décidé de lui faire partager sa vie avec un autre enfant. Il est vrai que l'enfant unique, centre de la famille, voire du monde familial s'il est le premier des petits-enfants, ne peut imaginer l'ampleur du séisme affectif que représente le fait de devenir aîné. "
" La fratrie est une maladie d'amour faite de rivalités et de complicités. Ces deux aspects sont parfois tellement mêlés qu'ils me donnent l'impression de me trouver face à des phénomènes de contagion, qui se rencontrent plus fréquemment dans les fratries de jumeaux, vrais ou faux, et dans celles composées de deux enfants du même sexe. "
Un livre passionnant sur la richesse et la difficulté des relations fraternelles.