1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

J. Gordon Melton est l'un des principaux collaborateurs de Massimo Introvigne au sein du CESNUR. Ses études sur les NMR, les Nouveaux Mouvements Religieux, font autorité des deux côtés de l'Atlantique.

Ce livre est une étude exhaustive, rationnelle et scientifique de l'Eglise de Scientologie, ce n'est en aucun cas, ce que s'empresseront d'en dire les représentants des mouvements anti-sectes, un mémoire en faveur de l'Eglise de Scientologie. La fièvre anti-secte s'étant un peu dilluée dans les affaires et les attentats, peut-être est-il enfin possible en France d'étudier froidement la situation des NMR et en cette occasion de l'Eglise de Scientologie.
L'apparition d'un nouveau mouvement de pensée, qu'il soit religieux, politique, artistique ou philosophique, revêt toujours un parfum d'étrangeté. C'est particulièrement le cas avec la scientologie, curieux cocktail dans lequel se côtoient excentricités et actions en faveur des défavorisés. Il y a bien chez les scientologues une mythologie et une théologie. Nous savons qu'une des grandes questions qui se posent à propos de cette église est celle de sa religiosité. La cour d'appel de Milan avait refusé le statut de religion à l'Eglise de Scientologie. La cour de cassation italienne a cassé deux fois le jugement en argumentant sur le fonds d'une manière très intéressante, non seulement pour le cas scientologue, mais pour tout autre cas actuel et passé. Si nous sommes en train d'assister à la naissance d'une nouvelle religion, celle-ci nous apprend beaucoup sur la naissance des religions du passé, les crises, les résistances, les passions qu'elles suscitent, jusqu'à l'hystérie.
J. Gordon Melton rend compte de cet arrêt intéressant :
" les adversaires ont objecté que la Scientologie présente un " évident syncrétisme " et ne propose pas de doctrine originale. Selon la cour, cette objection n'est pas recevable puisque le " syncrétisme n'est pas rare " parmi les religions reconnues et que nombre de dénominations chrétiennes d'origine récente ne présentent pas d'éléments particulièrement originaux si on les compare à des dénominations plus anciennes. [Ú]
la Cour de cassation estime que " la dureté des méthodes " de la Scientologie dans le but de trouver des fonds semble en effet " excessive ". Toutefois, elle apparaît beaucoup moins excessive si l'on considère les méthodes de collecte de fonds adoptées dans le passé par l'Eglise Catholique, à laquelle nul n'a jamais songé, en s'appuyant sur ces méthodes, à refuser le statut de confession religieuse ". "
La cour réfute les cinq arguments avancés pour refuser à l'Eglise de Scientologie le statut revendiqué de religion. Elle ne nie pas la possibilité d'activités illégales isolées au sein de l'Eglise.
L'intérêt de cet arrêt est de poser en d'autres termes la question du religieux dans la société et d'obliger à repenser le combat éventuel contre le religieux. Le problème est en effet bien moins l'Eglise de Scientologie elle-même que la tendance de l'être humain à l'auto-aliénation par le religieux, le politique, le culturel ou le politiquement correct.

texte: Le Crocodile, http://lettreducrocodile.over-blog.net/