1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

On sait les liens qui unissent l'âme et l'esprit d'un peuple et sa langue. Le yiddish est la langue vernaculaire des Juifs ashkénazes. Cette langue a donc particulièrement voyagé sur trois continents, s'enrichissant de ces contacts multiples avec d'autres cultures, sachant aussi se préserver pour transmettre la tradition juive et une riche littérature religieuse mais aussi profane.

L'auteur s'emploie à une tâche gigantesque, cerner la genèse de cette langue plusieurs fois condamnée à mort et en suivre l'histoire complexe et parfois même insaisissable jusqu'à nos jours. Langue survivante, on pourrait penser de nouveau que le yiddish est en voie de disparition mais l'auteur reste raisonnablement optimiste :
" Toutefois, à l'encontre de tout un ensemble de clichés, nous terminerons par une note d'optimisme mesuré. Nous avons vu que le yiddish est actuellement la principale langue parlée dans le monde hassidique et il connaît, dans le monde juif laïque, un certain regain d'intérêt. Comme souvent, la prégnance de jugements hâtifs l'emporte sur la connaissance concrète du milieu yiddishophone et sur l'analyse de réalité présente du yiddish. Ce qui est indéniable, c'est que son avenir semble assuré dans les principaux domaines qui confèrent à toute langue reconnaissance et existence : la transmission de la langue parlée, le développement d'un secteur vivant d'études yiddish et l'intérêt pour son histoire et sa mémoire. La multiplication des lieux d'apprentissage de la langue, de départements dans les universités, d'initiatives individuelles émanant d'associations ou d'institutions privées et publiques, la présence du yiddish dans la culture européenne, prouvent que cette langue semble avoir, en partie, assuré sa transmission et sa pérennité. "
Le roman passionnant d'une langue au confluent des histoires tumultueuses de l'humanité.