L’amour de l’imâm dans le shi’isme duodécimain : une voie de salut non sans péril

Le shi’isme duodécimain* est centré sur la figure de l’Imām comme le christianisme sur la personne du Christ. L’amour pour cet homme divin, dont le prophète Muḥammad donna le premier exemple, y constitue la voie de salut par excellence. Pourtant, le shi’isme ne saurait se définir simplement comme une religion d’amour, d’abord parce qu’il commande aussi la haine des ennemis de l’imām, ensuite parce qu’il comprend une mise en garde contre une vénération excessive de celui-ci.

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
44:29
À partir de 12 € / mois
Achat en VOD / 15 €

Les croyances et attitudes dénoncées comme « exagération » (ghulūw), forme d’hérésie interne au shi’isme, semblent liées dès l’origine à un amour excessif, immodéré pour l’imām.

terr amour 1terr amour 2

Une voie de salut mais aussi d’égarement : les textes de Rajab al-Bursî et Haydar Âmulî (deux gnostiques du VIIIe/XIVe siècle) comme base de réflexion.

Mathieu Terrier examine ici la question - et problème - de la délimitation entre un amour de l’imām qui sauve, et un amour de l’imām qui (s’)égare, depuis sa première formulation dans la tradition shi’ite jusqu’à sa réflexion croisée chez deux gnostiques du VIIIe/XIVe siècle, Rajab al-Bursī et Ḥaydar Āmulī.

* duodécimain signifie "qui croit en l'existence des douze imams"

Exposé enregistré lors de la 17eme Journée Henry Corbin (novembre 2022) consacrée au thème « Amour humain, amour divin ».

Haut