1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Ce livre consacré à la psychothérapie constitue le deuxième tome de la série Recueil des Essais de Marie-Louise Von Franz. Il s'agit d'un ensemble d'articles qui traitent d'aspects divers et souvent essentiels à la pratique du psychothérapeute, qu'il soit jungien ou non d'ailleurs. Les articles ont été rassemblés selon une thématique qui aborde, dans l'ordre : La réalisation du Soi dans la thérapie individuelle selon Jung - La fonction inférieure - L'imagination active dans la psychologie de C.G. Jung - La dimension religieuse de l'analyse -

Attitude religieuse ou magique face à l'inconscient - quelques aspects du transfert - A propos de la projection - Profession et vocation - La psychologie de groupe - La drogue dans l'opinion - Les fondements religieux du problème de l'enfant éternel ou Puer Aeternus.
Rappelons que Jung a beaucoup puisé dans les Traditions, ou cherché confirmation dans les systèmes traditionnels de son modèle quaternaire.
Jung identifia en effet quatre types de fonctions de la conscience qu'il combina avec deux types d'attitudes, introverti et extraverti. Ces quatre types de fonctions sont sensation et intuition, considérées comme irrationnelles et pensée et sentiment considérées comme rationnelles. D'une intuition, Jung fit un modèle développé et très abouti confirmé à la fois par sa pratique thérapeutique et par l'étude des mythes traditionnels. Son modèle quaternaire de la psyché demeure très pertinent. Chacune de ces fonctions se développe ou s'inhibe différemment chez l'individu. Une fonction principale apparaît en général et aussi une fonction inférieure à laquelle s'intéresse particulièrement Marie-Louise Von Franz, qui la met en relation avec la figure symbolique du fou :
"Dans tous les cas, on sait dès le début de l'histoire que cela va au-delà des quatre fonctions, car le fou est une figure archétypique qui dépasse la seule fonction inférieure. Il comporte une partie de la personnalité humaine (ou même de l'humanité) qui est restée en arrière et qui, par conséquent, possède encore la totalité originelle de la nature. Il symbolise une fonction spécifique, principalement religieuse. Mais dès que, dans la mythologie, le fou apparaît comme quatrième d'un groupe de quatre personnes, nous avons dès raison de dire qu'il reflète le comportement général de la fonction inférieure. J'ai plus d'une fois essayé, en interprétant les contes de fées, d'aller plus loin dans le détail et d'appeler le Roi la fonction pensée, et la quatrième la fonction sentiment ; mais l'expérience m'a montré que cela ne marche pas. Il faut gauchir le matériau et tricher afin d'obtenir des résultats allant dans ce sens. Aussi en suis-je venue à la conclusion qu'en mythologie ce troisième fils ou ce fou représente simplement le fonctionnement général d'une fonction inférieure, quelle qu'elle soit ; ce n'est ni individuel ; ni spécifique, mais cela représente un canevas général.
Si l'on étudie des cas individuels, on s'aperçoit que la fonction inférieure tend à se comporter à la manière de ce héros en "fou du roi", bouffon divin ou héros idiot. Il représente la partie méprisée, dédaignée de la personnalité, la partie ridicule et inadaptée, mais aussi celle qui construit la relation avec l'inconscient et par conséquent détient la clé secrète de la totalité inconsciente de la personnalité.
Il n'y a pas de doute que la fonction inférieure sert toujours de pont vers l'inconscient. Elle est sans cesse orientée vers lui et vers le monde symbolique."
L'assimilation de la fonction inférieure constitue une étape importante du processus thérapeutique. Pour nous elle sera un préalable au processus initiatique proprement dit. Par ailleurs il est intéressant de lire ou relire les travaux de C.J. Jung et de Marie-Louise Von Franz en relation avec les actuelles recherches de Ken Wilber où l'on retrouve la prédominance de structures quaternaires (les quadrants). Voici comment Marie-Louise Von Franz répond à la question de l'application par Jung de cette structure quaternaire à ses idées sur la Trinité et la quaternité religieuse :
"le problème du trois et du quatre est lié au problème des quatre fonctions. Il y a une relation analogue à celle qui rattache le modèle archétypique au fondement de la psyché individuelle. Cela correspond à la tendance structurale de développer quatre fonctions. Vous trouvez cet archétype dans les mythologies des quatre personnages, les quatre points cardinaux, les quatre vents, et les quatre angles des quatre coins du monde. C'est également un symbole chrétien ; il y a par, exemple, les quatre évangélistes dont trois sont symbolisés par des animaux et un par un être humain. Puis il y a les quatre fils d'Horus, trois à têtes d'animaux et un à tête d'homme. Ce sont les manifestations d'un archétype structural fondamental de la psyché humaine, de la disposition d'un être humain à tendre à l'utilisation d'un modèle quaternaire dès qu'il cherche à édifier un modèle de la totalité de l'être - un modèle du monde cosmique total ou de la vie humaine entière. En Chine on le trouve partout. Les mandalas quaternaires sont toujours issus d'une impulsion qui pousse à élaborer un modèle englobant l'ensemble de l'être, par lequel les individus ne cherchent pas à représenter un fait isolé, mais à décrire un phénomène général. Ce serait, par conséquent une disposition structurelle innée, inhérente à la psyché humaine, que d'utiliser des modèles quaternaires pour représenter la totalité."
Ce livre, riche et particulièrement vivant aborde nombre de questions qui nous concernent pratiquement ou théoriquement. A lire donc.