1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

On ne présente plus aujourd'hui Thich Nhat Hanh, tant ses écrits constituent une référence dans le domaine boudhique.
Cet ouvrage, beau et profond, consacré à la compréhension et au développement de l'amour vrai décrit les "Quatres états illimités de l'amour" que sont les brahmaviharas, l'amour, la compassion, la joie et le non-attachement ou équanimité.
En s'appuyant sur les commentaires des Sûtras et sur la pratique de la, Thich Nhat Hanh conduit le lecteur à dissiper la confusion pour reconnaître l'amour véritable, avant d'apprendre à le générer puis à le nourrir. "Si nous pratiquons selon les enseignements du Boudha avec le soutien d'une Sangha, nous apprendrons la nature de l'amour, de la compassion, de la joie, de l'équanimité. les graines de ces qualités sont déjà dans notre conscience du tréfonds. L'étude et la pratique des Quatre États illimités arroseront ces graines en nous. Par la pratique du regard profond, les graines de souffrance, de douleur, de tristesse et d'attachement vont diminuer et faire de la place aux graines positives afin qu'elles puissent grandir. [...] le Boudha et les bodhisattva ont pratiqué de la même manière que nous. Au début, leur amour était empreint d'attachement, de désir de contrôler et de possessivité. Mais grâce à la pratique, ils ont pu transformer ces poisons et développer un amour spacieux, merveilleux et qui embrasse tout."
La fin de l'ouvrage est consacrée à une pratique boudhiste quotidienne, celle du. Cette pratique de prosternation, à laquelle peu accordent l'attention voulue est pourtant essentielle et doit être considérée comme un art de l'éveil.
Tout le livre est plein de la présence de l'auteur et de la sagesse de la lignée qui est la sienne, de cette sagesse qui éclaire les gestes et paroles de la vie quotidienne. Ce livre ne s'adresse pas aux boudhistes, mais à tout être humain qui souhaite toucher la simplicité profonde de l'être et de la vie. Il dépasse les formes traditionnelles pour exprimer ce qui demeure.

texte: Le Crocodile, http://lettreducrocodile.over-blog.net/