images/livres/Le-tarot-guide-de-meditation.jpg

Michel Jaccard propose au lecteur une méditation sur les lames du tarot, méditation maçonnique. Après avoir rapidement retracé l’histoire du jeu de tarot depuis le XIVème siècle, il note que la relation entre le tarot et ses interprétations hermétistes ou kabbalistiques,

et la Franc-maçonnerie remonte au XVIIIème siècle.

Court de Gébelin, qui fut membre de la Loge des Neuf Sœurs fut l’un des artisans de la rencontre du tarot avec la Franc-maçonnerie. D’autres personnalités y contribuèrent comme Eliphas Lévi dont on sait l’influence sur le mouvement occultiste français qui pénétra la Franc-maçonnerie.

Au début du siècle dernier, Oswald Wirth, qui fut initié au tarot par Stanislas de Guaita, renforcera l’association possible du symbolisme du tarot avec le référentiel maçonnique classique.

Michel Jaccard remarque la multiplication des jeux de tarot depuis le milieu du XXème siècle, de celui d’Arthur Waite à celui d’Alexandro Jodorowsky en passant par le magnifique tarot d’Aleister Crowley.

Pour faire dialoguer le référentiel symbolique maçonnique et le tarot, l’auteur a choisi le tarot de Jean Noblet (1650), ancêtre du tarot dit de Marseille. Il choisit un nouveau regroupement des lames majeures selon huit thèmes en écho à la progression morale de l’Homme au Quattro Cento.

Par exemple, le premier barreau de cette échelle, « du non-être à l’être », correspond au Fou et au Bateleur. Le deuxième barreau, « les puissances sociales » correspond à la Papesse, l’Impératrice, l’Empereur, le Pape.

Par ailleurs, les huit barreaux de l’échelle sont organisés en deux familles, l’une consacrée à la progression morale et au chemin de vie, l’autre à l’ascension et la réalisation spirituelle. Le cinquième barreau, celui des épreuves, qui rassemble la Mort et le Pendu, fait charnière entre ces deux familles.

« Notre analyse, dit-il, indique que la disposition des lames est adroite, les dessins porteurs de sens, en rapport avec l’iconographie chrétienne du temps. L’apport des sciences du blason est faible. L’arithmosophie a très probablement guidé la numérotation des lames. »

Michel Jaccard présente chaque lame non selon l’ordre classique mais en suivant sa classification, barreau par barreau afin de remonter l’échelle symbolique ainsi constituée. Ainsi, il commence par le Fou dont il décrit une symbolique possible avant d’en faire une interprétation maçonnique. Il associe le Fou à l’état profane ce qui est très discutable tant la fonction du Fou, maître des intervalles dans le Tarot, est profonde et multiple.

Toutefois, l’ensemble proposé par Michel Jaccard est cohérent et permet au lecteur au lecteur de penser le parcours initiatique de manière générale et singulière.

Source: La lettre du crocodile  

VOUS AIMEREZ AUSSI

Haut