1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Le dictionnaire du conservatisme

Ce dictionnaire aurait dû s’appeler Dictionnaire des conservatismes tant ce que l’on regroupe sous cette appellation est pluriel. Pluriel et actuel. Ceux qui pensent le conservatisme désuet seront étonnés d’observer sa vitalité, bravant les préjugés qui réduisent le conservatisme à un mouvement réactionnaire. En effet, on appelle conservatisme la réaction à ce qui est perçu comme une menace, que cela soit la Réforme protestante ou, au 17ème siècle, la révolution scientifique.

Sur le plan social et politique, des conservatismes répondent aux révolutions, et surtout à leurs excès. Ce fut le cas suite aux révolutions anglaises de 1640 puis 1688. Ce sera bien sûr le cas après la Révolution française qui donnera naissance par contraste à l’élaboration doctrinale du conservatisme, non sans ambiguïtés. L’inquiétude face à un avenir incertain favorise le retour des conservatismes.

Les entrées de ce dictionnaire, par concepts, personnages, courants, institutions, mouvements… permettent au lecteur de cerner plus précisément certains thèmes. Par exemple, le mariage, l’ordre, le féminisme. On y découvrira un socialisme conservateur et un paléoconservatisme.

En deux cents notices, les contributeurs laissent apparaître les lignes directrices du mouvement conservateur. Il ne s’agit pas de restaurer nécessairement un monde ancien mais d’assurer la permanence de structures humaines et sociales. C’est pourquoi nous trouverons dans ce dictionnaire aussi bien De Gaulle que Proudhon.

Très complet, ce dictionnaire permet au lecteur de mieux connaître les mécanismes à l’œuvre aujourd’hui en politique comme en économie.

Auteur : La Lettre du Crocodile