1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Pour une astrologie de l’événement par  Danièle Jay

La longue dérive de l’astrologie vers la psychologie, oubliant ainsi ses origines et finalités traditionnelles, a écarté l’intérêt pour l’astrologie événementielle.

Danièle Jay s’appuie sur les travaux de Giuseppe Bezza, qui a produit une recherche considérable sur ce sujet sur laquelle elle a longuement travaillé, traduisant notamment en français ses articles les plus importants.

Giuseppe Bezza a étudié les anciens manuscrits des traités astrologiques grecs, latins, arabes pour restaurer les fondements et les procès de l’astrologie événementielle.

Cette astrologie pragmatique a pour finalité de répondre aux besoins du quotidien. Il fut des époques où l’astrologue était consulté aussi bien pour un mariage, une construction, un commerce que pour des événements malheureux. L’avantage de cette astrologie est qu’elle est facilement évaluable puisque annonçant des faits concrets qui se réalisent ou non. L’astrologue prend ainsi un risque tout autre que dans une pseudo-psychologie floue.

L’ouvrage débute par la question du commencement, du « premier commencement », soit de la naissance avec Ptolémée et d’une première difficulté, l’établissement de l’heure de naissance, souvent inexact. Danièle Jay s’intéresse aux méthodes destinées à pallier cette difficulté : La trutine d’Hermès, le namudar, les directions.

Le livre est divisé en grands thèmes, famille, profession, joie, amour, maladies, mort, l’essentiel d’un parcours de vie. Nous retrouvons Ptolémée pour déterminer le genre de morts : longues maladies, étouffement, blessures, altérations mentales…, avec sépulture, sans sépulture, etc.

L’astrologie événementielle obéit à des règles précises, des codes rigoureux et possède un langage spécifique. C’est une discipline relativement simple qui ne laisse pas de place aux tergiversations.

Ce travail, très pédagogique, illustré de nombreux exemples, permet de s’approprier les notions et les opérations nécessaires à la pratique afin de tester et évaluer la valeur de la discipline, un savoir perdu et peut-être ainsi retrouvé.