1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
 Trésor des trésors. Testament alchimique

Ce Thesaurus Thesaurorum et Testamento Fraternitat Rosae et Aureae Crucis, texte fondamental de l’hermétisme européen, est publié pour la première fois dans une version complète. Ce corpus, intitulé parfois Arcana Aracanorum, utilisé partiellement ou complètement par quelques rares collèges encore aujourd’hui, constitue une somme exceptionnelle dans le domaine des alchimies métalliques comme des alchimies internes.

Fred MacParty a réalisé un travail considérable à partir des quatre manuscrits de Darmstadt, Hambourg, Stuttgart et Vienne. Ces quatre manuscrits, remarquons le, typifient la nature et les praxis des sociétés rosicruciennes traditionnelles. Ce corpus est constitué de quatre parties. Les deux premières parties remonteraient à la fin du XVIIe siècle, les parties trois et quatre pourraient être antérieures par certaines allusions mais le contenu semble avoir été rajouté ultérieurement.

La première partie, appelée généralement Thesaurus Thesaurorum, Trésor des trésors, retrace l’histoire de la Fraternité, donne les règles de l’Ordre avant de décliner, sous forme d’iconographie et de textes brefs, onze « Mystères » ou « Extases » qui abordent les pratiques alchimiques dans les divers règnes.

La deuxième partie en est le prolongement par développement des pratiques de réalisation des différentes Pierres Philosophales.

La troisième partie est également un prolongement de certains des onze Mystères mais dans une autre veine, chymique ou spagyrique.

La quatrième partie provient d’un texte inédit de Thomas Norton. Les pratiques présentées concernent les voies de l’Antimoine, du Sang, de la Sueur, de l’Urine, du Régule, du Mercure, de la Silice et autres. Cette partie aborde aussi la question des trois Médecines.

Ces pratiques ne trouvent leur opérativité que dans le rayonnement de l’Esprit Saint. Elles nécessitent le silence, pas seulement celui de la discipline de l’arcane, mais celui qui laisse toute sa place à l’Être.

Cette publication rendra un grand service aux praticiens de l’Art. Elle peut aussi égarer les non avertis.