1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
La symbolique de la mort ou herméneutique de la résurrection

Les Editions Dervy nous offrent une très belle sixième édition de cet ouvrage, cette fois en couleur.

Jacques Trescases veut ici traiter de l’essentiel, du « cœur de toute initiation », c’est-à-dire de la question de la mort et de la résurrection, thème central de la Franc-maçonnerie, hérité des traditions passées. Ce livre est un voyage dans les symboliques traditionnelles abordant ce sujet jusqu’à son expression maçonnique dans le rituel.

Avant d’explorer cette symbolique qui présente à la fois des constantes et des aspects protéiformes, Jacques Trescases pose trois points importants :

1 – La symbolique de la mort ne concerne en rien la survie indéfinie de l’âme après la cessation de la vie. (…)

La symbolique de la mort, comme toute symbolique, est une vision surconsciente de notre vérité intime et de notre activité intérieure et secrète, le jeu et le contre-jeu de notre psychisme. (…)

Comme l’écrit fort justement Raoul Bertaux, la symbolique de la mort et de la résurrection n’a pas pour objet de « ramener un mort clinique à la vie biologique, mais de faire éclore une âme non éveillée à la vie de l’Esprit. »

2 – La symbolique de la mort, point crucial et ultime de toute symbolique, n’est pas immédiatement accessible à l’initié. Elle ne lui est donc pas présentée lors de sa première réception, sauf de manière embryonnaire. (…)

La loge est la projection du fonctionnement (évidemment sain) du psychisme humain et que la prise de conscience de ce fonctionnement, une fois les passions et illusions dissoutes et les préjugés chassés, ouvre en elle-même l’accès à la lumière. (…)

3 – Toute exégèse nouvelle de la Tradition implique un renouvellement de sa formulation. Cette dernière, tout en demeurant fidèle, doit tenter d’être plus claire, plus évidente, plus convaincante. (…)

La qualité d’une Organisation Traditionnelle se reconnaît à son aptitude à réactualiser le message – inchangé – qu’elle est en charge de transmettre, en épurant constamment et renouvelant son expression. »

Jacques Trescases cherche à éviter les vulgarisations du thème portées par les religions, souvent pour ses raisons sociétales, pour favoriser une approche beaucoup plus psychologique. Son exploration des mythes traditionnels, d’Osiris au Christ, emprunte beaucoup à la psychologie des profondeurs et à une application très personnelle de la symbolique des pentagrammes. Il manque à la démonstration de Jacques Trescases les dimensions métaphysiques et hermétiques qui constituent l’essence des traditions initiatiques.

L’approche psychologique est toujours réductrice, cependant, les symboles étudiés et mis en œuvre par Jacques Trescases ne se laissent pas facilement réduire ou contenir. Derrière sa vision psychologique du jeu des forces inscrites dans la dualité et l’appel à leur renversement, réorientation ou dépassement, pointe l’énergie propre des symboles.

La recherche très approfondie de Jacques Trescases dépasse le cadre qu’il s’est lui-même fixé et vient servir une philosophie de l’éveil qui si elle apparaît seulement de manière floue dans son propos n’en est pas moins prégnante et, pour qui sait lire et laisser vivre les symboles sans chercher à les réduire à un domaine, ce livre sera utile.