1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Le Code d'honneur du Samouraï de Thomas Cleary publié aux éditions du Rocher vient compléter avec bonheur quelques textes fondamentaux pour saisir l'essence des arts martiaux. Parmi eux, citons le célèbre Hagakuré, le Traité des cinq roues de Musashi, ou encore les écrits de Takuan.
Plus qu'un simple code d'honneur qui ne ferait en définitive de ce texte qu'une morale, ce texte doit être abordé comme une éthique exprimant l'inconditionnalité de la quête martiale.

Ce texte exprime donc l'esprit même du Bushido.
Thomas Cleary nous rappelle que : "La classe des samouraïs est, à l'origine, un rejeton ou une adaptation de l'aristocratie. D'une façon générale, une haute société polygame engendre plus d'enfants qu'elle ne peut en absorber à son niveau. En outre la règle de progéniture impose qu'un seul fils hérite de la totalité des privilèges de son père. Ces facteurs créèrent des pressions naturelles et sociales, qui contraignirent les collatéraux des hautes classes à diversifier leurs carrières."
L'esprit aristocratique, l'esprit de conquête, qui s'oppose à l'état d'esprit bourgeois et mercantile qui prédomine aujourd'hui. Le Code d'honneur du Samouraï, dont le titre japonais est Bushidô Shoshinshé est destiné à transmettre cet état d'esprit aux novices.
L'auteur en est Taïra Shigésuké (1639-1730). Confucéen, expert militaire, son style est sobre, direct, tranchant comme la lame du sabre. Il a cherché à exprimer un modèle comportemental qui exprime la "voie du guerrier". Celle-ci ne se réduit pas au combat mais est présente en chaque instant de la vie, en toute situation.
Exemples :
"Le premier souci de celui qui se prétend un guerrier est d'avoir toujours la mort à l'esprit, chaque jour et chaque nuit, du matin du premier jour de l'année jusqu'à la nuit du Nouvel An.
Aussi longtemps que la mort occupera votre esprit à chaque instant, vous serez en accord avec les voies de la loyauté et de la piété filiale. Vous éviterez aussi une myriade de maux et de calamités, vous aurez un corps saint et bien portant et votre vie sera longue. En outre, votre caractère s'amendera et votre vertu grandira.
Voici pourquoi. Toute vie humaine est semblable à la rosée et au gel matinal, qui sont choses fragiles et éphémères. Toute vie humaine est précaire, mais celle du guerrier l'est particulièrement.
Si les gens trouvent réconfort dans la certitude que leur vie sera longue, et qu'ils croient qu'ils devront toujours travailler et s'occuper de leurs parents, voici ce qui risque de se produire : ils pourraient bien ne plus donner satisfaction à leur ma”tre et manquer d'égards envers leurs parents.
Mais si vous prenez conscience que la vie dont vous jouissez ici-bas aujourd'hui ne sera peut-être plus demain, alors quand vous recevez les instructions de votre ma”tre et quand vous vous occupez de vos parents, vous sentez que ce pourrait être la dernière fois, et vous ne manquez pas d'être vraiment attentif à votre ma”tre et à vos parents. C'est pourquoi je dis que vous êtes aussi en accord avec les voies de la loyauté et de la piété filiale quand la mort occupe votre esprit."
Cet ensemble choquera probablement le mental zappeur de l'occidental qui n'y verra que contraintes. Au contraire, c'est de vraie liberté qu'il est question, celle qui appara”t quand la "personne" est morte.