Catherine Conrad

Catherine Conrad est née en 1949 dans une famille de quatre enfants, à forte pratique catholique (in hymnis et canticis!). Fille d'universitaire, Catherine Conrad fus très tôt happée par le monde des livres, seul divertissement en cette époque de reconstruction. Hantée par le problème du mal, elle a lû Dostoïevsky dès l'âge de 11 ans et Platon à 15 ans. A 16 ans elle entre en Hypokhâgne et eut l'honneur d' avoir pour professeur de philosophie Jean Borella: ce fut pour elle une "révélation".

Il lui a permis (en cette époque où l'intelligentsia était peu favorable à la foi, la fameuse "ère du soupçon") de comprendre qu'il y avait une intelligence de la foi, qu'aimer Dieu n'était pas être "idiot" ( au sens grec: enfermé en soi) mais catholique, ouvert à l'universel, que la religion est à la fois une histoire d'amour (de rencontre avec le réel) et un éveil de l'intelligence. Le lien religion-métaphysique était fait. Une grande amitié est ainsi née.

Normalienne à 18 ans, Catherine Conrad a ainsi vécu mai 68 avec beaucoup de distance et d'humour. Aristote était au programme de l'Agrégation, ce fut là aussi une vraie rencontre, un tel sens métaphysique allié à un tel sens de l'existence concrète et de la force des vertus. Agrégée de philosophie à 22 ans, très tôt mère de quatre enfants, sa passion fut celle de la transmission dans tous les sens du terme, à ses enfants, à ses étudiants, la passion de la vie. Son plus grand bonheur d'enseignante fut celui d'être professeur de khâgne à Metz, d'éveiller les intelligences à la joie de penser, de rencontrer de "vraies personnes". Faute de temps, elle a peu publié, s'attachant à la tradition orale (conférences sur Aristote, Arendt…) : un article sur Guénon et la philosophie , un article sur l'unité de la morale d'Aristote, la sophia, la vertu de contemplation jouant le rôle de cause finale par rapport à la phronésis, vertu de prudence rectrice de l'action: pas de Marthe sans Marie, pas de Marie sans Marthe, union sans confusion….

Toutes les vidéos de Catherine Conrad