C’est par ce biais qu’elle va tenter de conjuguer ces deux acceptions dont le rapprochement n’est pas évident à première vue. Certes la gnose a engendré le gnosticisme - qualifié d’hérésie - et qui se caractérise par le refus du corps, du monde manifesté et de la procréation. Elle se place en porte-à-faux  avec le dogme de l’incarnation (le Verbe s’est fait Chair) central dans le christianisme en général, et dans l’orthodoxie en particulier.

depr_gnose1depr_gnose2

C’est donc d’une dimension bien précise de la gnose dont qu’il est question ici : celle de l’expérience intuitive, qui se place pour le coup sur le terrain de la phénoménologie. Le cœur de cette dernière n’est en effet ni la conscience réflexive (l’observateur s’observant lui-même), ni le discours sur l’objet (l’observé), mais leur rencontre, l’émergence de ce qu’il advient (par l’observation). Or la gnose renvoie elle aussi à ce type de connaissance immédiate, contournant le mental discursif et toutes ses formes de structures ecclésiales…  à la lisière de la révélation salvatrice et de l’intuition personnelle....
Mais ce qui a semblé crucial à Natalie Depraz, c’est d’en faire elle-même l’expérience concrète par la pratique de la "prière du cœur" (hésychasme) qui  est particulièrement représentative de la tradition orthodoxe.
Comment évoquer une expérience aussi intime, difficile et exigeante ?
Et même, qui en parle, puisque cette adresse constamment réitérée au divin  est "vide de soi-même"?

Nous entrons là dans le mystère inépuisable de la simplicité, de la sobriété… là où l’humilité humaine accède à la Théosis (divinisation), et où le grand inconnaissable se fait connaître. Là où s’unissent les œuvres et la grâce, en une même opération. Mais aussi le miraculeux et le terre-à-terre, selon cette magnifique formule d’Evagre le Pontique qui qualifie chaque instant de présence de "petite résurrection au quotidien" ….
Souhaitez-vous comprendre les liens subtiles mais tenaces qui unissent "gnose et orthodoxie" ?  Réponses dans cet entretien de 48mn enregistrée au Forum 104 entre  Natalie Depraz et Françoise Bonardel.