Les huit symboles qui se retrouvent successivement au fil de ce récit sont :

  1. « une coupe qui se vide » : la fin de la perception dualiste du monde,
  2. « la lumière en haut, le feu en bas » : la maitrise de ses désirs
  3. « le vent sur le lac » : la recherche du Maître Intérieur
  4. « la montagne sous le ciel » implique un changement de peau,
  5. « la montagne sur la foudre », suggère l’union des principes masculin et féminin, ou encore un retournement qui précède à une naissance
  6. « le vent sous la terre » : la fin des illusions, la sortie de l’obscurité vers la lumière
  7. « le feu dans le ciel » : le rayonnement
  8. « l’eau sur la terre » : l’union parfaite des eaux

A travers un scénario de huit pictogrammes associant deux trigrammes issus du Yi-Jing, Jean-Louis Brun nous donne à méditer une représentation cohérente du monde sensible et de ce qui l’a précédé… 

évangile de Saint-Jeanévangile de Saint-Jean

Sommes-nous en présence d’un schéma représentant la Tradition Primordiale ? D’archétypes ?

Est-ce que l’auteur a trouvé la clef qui, comme l'écrivait Cornelius Agrippa (XVème siècle) : « celui qui saura allier les nombres de l’énumération avec les nombres divins, et qui saura les harmoniser, celui-là connaîtra d’admirables secrets » ?...

A vous de vous faire une idée.