Gnosticisme chrétien, état des lieux de la recherche en 2022

Les gnostiques sont-ils de retour ? La question est d’actualité si l’on on en croit plusieurs publications récentes et un regain d’intérêt pour ce sujet à l’Université. Gnose et gnosticisme étaient d’ailleurs au centre de la XVIème journée Henry Corbin qui s’est tenue le 13 novembre dernier. Longtemps ignorés, sujets de vives polémiques, appréhendés par des sources à charge provenant d’hérésiologues orthodoxes tels qu’Irénée de Lyon, qui qualifiait les gnostiques de (piètres) philosophes, et non de religieux, le monde entier a redécouvert leur pensée en 1945 par la découverte, fortuite, des codex de Nag Hammadi et de Qumran. Troublante synchronicité de dates et prémisse d’une nouvelle ère ?

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
53:28
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
Achat en VOD / 15 €

Ces découvertes, une douzaine de textes coptes (langue égyptienne, graphie grecque), ont largement rebattu les cartes de nos connaissances des débuts de l’ère chrétienne. De leur étude naquirent les évangiles apocryphes. Parmi eux : L’évangile de Vérité en 1963, L’évangile de Thomas, en 1969, qui compile les 114 paroles secrètes attribuées à Jésus… Le corpus gnostique est désormais exploitable

dubois gnose 1dubois gnose 2

Des textes frappés d’interdiction au IVe siècle, et demeurés inconnus jusqu’au XXe...

Quelles idées véhiculent ces écrits ? Tout d’abord ils montrent à quel point la philosophie de Platon a innervé ces évangiles : il y est question du cheminement de l’âme, de cosmologie, des archontes, de mener une vie qui s’affranchit des passions et « piétine les images de la Bête ».

Jean-Daniel Dubois, successeur de Henri-Charles Puech à l’EPHE, et grand spécialiste des courants gnostiques et manichéens, expose ici le bouleversement et la refonte que ces textes ont occasionnés dans l’histoire de l’herméneutique chrétienne.

Assurément, le mystère de l’Incarnation, la double nature de Jésus-Christ, fils de l’Homme et fils de Dieu, ses souffrances sur la Croix irriguent encore, deux mille ans après, de nombreuses interrogations. Certes, plus apaisées qu'avant, mais toujours aussi passionnantes.

Haut