Cette canalisation se produit certes « sur l’instant », mais elle peut se prolonger « dans le temps », grâce à des techniques très élaborées, et se voir envoyée sur un objet, une personne, ou sur une intention. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, ces rituels nécessitent un long apprentissage, une véritable ascèse assortie de nombreuses privations. Ils permettraient d'ailleurs de voyager dans l’astral et ainsi de pratiquer des « visualisations dans le temps ». Selon une confidence de Jean-Pascal Ruggiu (l’homme nous relate ici, aussi, son expérience personnelle), cette pratique favoriserait le surgissement des fameux « élémentals », ces forces de la Nature qui appartiennent à d’autres plans que les nôtres, et qui demeurent habituellement invisibles à nos yeux…
ruggiu magia sexualis 2 1ruggiu magia sexualis 2 2

Si un grand nombre de personnes font l’amour régulièrement, rare sont ceux qui, en revanche, peuvent véritablement reconnaitre « quelle part de nous » est convoquée dans ces moments-là…

A partir du livre « Magia Sexualis » rédigé vers 1865 (?) par Paschal Beverly Randolph (1825-1875), Jean-Pascal Ruggiu nous plonge ici dans les pratiques et les arcanes des sociétés secrètes de cette époque (Ordre de Naples, Fraternité Hermétique de Louxor, le groupe d’Eliphas Lévi…). Sociétés que Randoph fréquenta assidument vers 1855, en France, en Italie et en Angleterre.
Une période florissante sur bien des aspects et dont Randolph se verra attribuer, par un hasard qui prend toutes les couleurs du fatum-destinée, un rôle clef, celui de l’Hermès-Mercure : car c’est lui qui lancera un pont entre l’ancien et le nouveau monde. En effet, c’est Randoph, le premier, qui importa aux USA, avant Max Heindel et Harvey-Spencer Lewis, les enseignements de la Rose+Croix sur ce continent…
Souhaitez-vous ainsi découvrir comment, par ces pratiques, ces positions et rituels, ces amants d’un genre un peu particulier atteignent « l’unité des polarités », ce « corps hermaphrodite » unissant masculin et féminin, et qui rappellera étrangement la figure d’Aristophane (Platon).
Un entretien rare qui, s'il ne tait pas les risques et dangers inhérents à ces pratiques, ose aborder un sujet, pour le coup très « occultisé » ...