Telle est l'interrogation de Christophe Beaufils qui tente de nous brosser ici le portrait esthétique, et psychologique, de cette figure artistique, haute-en-couleurs, de la fin du XIXème siècle.

beaufils peladan lyrisme 1beaufils peladan lyrisme 2

Son oeuvre, vaine pour le monde, devint pour lui un sublime bûcher (Mérodack) ...

Le romantisme, le lyrisme et la mystique sont ennemis jurés des naturalisme, matérialisme et positivisme. Que traduit cette opposition, sur un plan esthétique et philosophique ? Quelle place les sentiments, la subjectivité de l'artiste, se doivent d'occuper dans son oeuvre ?

Christophe Beaufils questionne ainsi les origines de ce besoin viscéral d'exaltation, d’idéalisme, et s'interroge sur la nature de la folie qui en découle. Est-elle souhaitée, organisée, auto-générée ? Est-ce cela, finalement, le génie créateur ?

En se perdant, tel Don Quichotte, ou un Parsfial sans gloire, Joséphin Péladan semble avoir trouvé dans cette noirceur plus de substances... Pour s'y est exposé sans porte de sortie, telle une immolation publique, il a confirmé son adage de 1888 selon lequel '"l'homme devient le lieu, le texte, la matière de l'oeuvre...".

Souhaitez-vous découvrir cet éclairage inédit sur l'oeuvre de Péladan ?

Eléments de réponses, passionnants, de Christophe Beaufils dans cet exposé enregistré à la Bibliothèque Nationale de l’Arsenal (Paris) lors de la journée d’étude consacrée à Joséphin Péladan à l’occasion du centenaire de sa disparition. 

Remerciements à Daniel Guéguen pour son organisation.