A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage (Entretiens spirituels et écrits métaphysiques, Ed. Le Mercure Dauphinois, 2017), essai qui réunit textes et études sur « l’absolu », et « l’expérience mystique », nous avons souhaité prolonger en sa compagnie, sa mise en perspective philosophique et historique, et lui retourner la question : « pour vous, Monsieur Vivenza, quelle est donc votre démarche personnelle, pratique, dans cette quête d’absolu ? »

« Radix veut dire racine, puissance, mais aussi radicalité »

vivenza chercheur absolu 1vivenza chercheur absolu 2
Si l’on devait résumer l’approche et la sensibilité de Jean-Marc Vivenza en une seule citation extraite de cet entretien, nous choisirions celle-ci : « un chemin spirituel authentique ne calme pas l’homme, au contraire, il le porte à son incandescence… ». Un bouillonnement intérieur, potentiellement violent, qui consume tout cheminant sincère, et en même temps le guide, le nourrit et qui nous rappelle cette métaphore, on ne peut plus actuelle, de l'Apocalypse (3:15) : « Dieu vomit les tièdes ».

Descendre en soi : quelle place et quel rôle pour les structures ecclésiales ou « initiatiques » ?

Cette descente en soi, même si elle va immanquablement remuer nos impuretés, faire même revenir certaines d’entre elles à la surface, a pour finalité d’approcher le divin en nous. « Comprendre ce qu’il en est de notre nature réelle » nous-dit Jean-Marc Vivenza.

Souhaitez-vous approcher, à travers l’expérience de ce chercheur, le sens du mot « Absolu » ?
Un sujet grave, où la mélancolie ponctue les silences... 
Une mélancolie dont Jakob Böhme, justement, pensait « qu'elle vient exercer sur l’Âme ce rappel de ce que nous étions... ».