1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Le rapatriement des archives de Moscou en Europe de l’ouest renouvelle certains pans de la recherche maçonnique. C’est le cas pour la question du rite d’adoption et de l’initiation des femmes, sorte de condensé de préjugés, d’idées fausses et de projections mal venues qui polluent encore les débats actuels.

Le travail de Jan Snoek fait désormais référence sur cette question qu’il place dans une toute nouvelle perspective. Premièrement, vingt ans après l’interdiction d’initier des femmes en Franc-maçonnerie prononcée par Anderson en 1723, des femmes sont initiées. La transgression de cette règle stupide n’est donc pas nouvelle. Deuxième point d’importance, les rites d’adoption ne sont pas des sous-rites sans valeur initiatique. Jan Snoek démontre en effet la haute tenue de ces rites très variés. L’étude de la tradition maçonnique rituelle « Harodim » réserve notamment bien des surprises. Elle constitue un véritable courant, profond, dont l’influence est désormais à prendre davantage en compte aux côtés des « Ancients » et des « Moderns ».

Contrairement à une idée reçue chez les Francs-maçons eux-mêmes, la Franc-maçonnerie n’est que rarement à l’avant-garde des changements de société. Elle est plutôt une machine répliquante qu’un vecteur d’innovation. Elle a longtemps traîné des pieds avant d’accepter l’initiation d’individus de confession juive. Elle n’a pas non plus accompagné le mouvement de libération des femmes européennes mais ce qui est particulièrement intéressant c’est que la transgression par les femmes de l’interdit fondateur andersonien, avec la complicité de quelques hommes rebelles, a toujours été vive or, la transgression elle-même, affranchissement des formes conditionnées, est initiatique.
Jan Snoek a entrepris une recherche immense à travers l’étude des rituels des loges d’adoption en Europe. Il entendait aussi à travers cette mise au jour de l’importance de la maçonnerie féminine, valider la théorie du « transfert de rituel » qui « indique que, lorsque le contexte d’un rituel change, le rituel sera changé probablement aussi, car l’on doit l’adapter à une nouvelle situation. ».
Il met en évidence une continuité des rituels à travers les glissements temporels et historiques. Les rituels, classés en grandes familles, simples, « Clermont », « Grand Orient », Troisième Tradition » puis mixtes, « Grand Orient et Clermont », « Grand Orient et Troisième Tradition », présentent dans leurs singularités propres, une réelle richesse.
Outre l’intérêt pour le ritualiste, ce livre éclaire également de nombreux points d’histoire relatif au rapport de la Franc-maçonnerie avec les femmes, rapport complexe, parfois violent et suscitant de fortes réactions de rejet.
Il faut souhaiter que ce livre contribue à une prochaine maturité de la Franc-maçonnerie sur cette question.

Editions Dervy
Source: La Lettre du Crocodile