L’odinisme est-il un shintoïsme occidental ?

Dieu aux multiples facettes, Odin (en vieux nordique Odhinn, Woden en anglo-saxon ou Wotan en germanique ancien) est une figure énigmatique. Roi des dieux, dieu de la guerre, dieu chamane, dieu des runes, Odin est également considéré comme le dieu de la sagesse, de la poésie et de la magie. La racine Woth veut dire « fureur sacrée » et exprime l'idée d'extase, de dépassement de soi.

Pour Arnaud d'Apremont, l'odinisme est le symbole de la persistance d'une tradition, la tradition nordique qui aujourd'hui renait de ses cendres à l’instar du shintoïsme qui a lui aussi perduré à travers les multiples bouleversements de l’histoire.

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
30:23
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

Littéralement la "voie des dieux"

Le shintoïsme est comme la voie nordique une philosophie de vie qui se traduit par le respect de la nature dans sa force, sa beauté, sa magie, par la vénération des ancêtres et aussi par l'oubli du moi au profit de la communauté.

Ces religions de la terre considèrent que tous les êtres vivants, y compris les ancêtres-esprits, les plantes, les animaux et les minéraux, font partie d'une grande famille cosmique.

Tous incarnent une manifestation de l’esprit universel. Cette même prise de conscience, qui expliquerait en partie l'engouement actuel pour l'écologie, a provoqué un regain d'intérêt pour les cultes de la nature : depuis 1973, l'Asatru est considéré par le gouvernement islandais comme une religion officielle et en 2011 le royaume uni va officiellement reconnaitre le druidisme comme religion. Le shintô, lui-aussi, s'est très bien adapté aux changements de mœurs des japonais.

celtisme odinisme druidismeodinisme druidisme celtisme

Pour Arnaud d'Apremont il ne s'agit pas seulement d'établir une analogie entre ces deux traditions mais également d’illustrer leur atemporalité… « la Tradition n’appartient ni aux hommes d’hier ni d’aujourd’hui…. » en démontant, au passage, les stéréotypes qui leur sont souvent associés.

Ces clichés oscillant au rythme du métronome appelé « ignorance » et passant alternativement du folklore touristique bonne-enfant aux récupérations extrême-droitières.

Haut