Si l’un des buts de la vie est de devenir adulte, de grandir, chacun est en droit de se demander : pourquoi grandir, pourquoi ne pas rester enfant ?. Surtout  « quand l’enfance peut être assimilée à une forme de paradis originel vers lequel tout homme peut vouloir tendre dans un processus d’éternel retour… et dont les mythes se font l’écho » nous dit Arnaud d’Apremont. 


apre_homme_vert_1apre_homme_vert_2

La constitution de cette personnalité est bien l’une des bases du processus éternel de la création. Les mythes et les héros y ont contribué. Et, de ce point de vue, l’une des figures les plus essentielles et les plus originelles (voire la plus originelle au vu des gravures rupestres) est l’homme que l’on a appelé « sauvage ». Ou parfois l’homme vert, l’hommedes bois, en somme l’homme « élémentaire », dans tous les sens du terme. 

Ne vous êtes vous jamais interrogées pour savoir si les figures héroïques de votre enfance ne plongeaient pas leurs racines dans une mémoire collective atemporelle que l’on peut appeler : inconscient collectif ? Ou Akasha ? 
Réponse de l’auteur dans cet exposé de trente minutes.