Psyché et nature : l'inconscient animiste

Quelle place occupe votre "ressenti personnel" dans votre vie quotidienne ? La perception intervient-elle chez vous avant la fonction mentale, ou bien est-ce l’inverse ? L’une des caractéristiques de notre civilisation, c’est qu’elle a placé sur un piédestal la fonction du "penser" au détriment de toutes les autres, notamment les perceptions. Sous couvert de se draper des clinquant oripeaux de la "rationalité" et du "je pense donc je suis", ce mental s’est trouvé choyé, invité à grossir de plus en plus au point de s’autoalimenter quitte à devenir incontrôlable. Cette boursouflure que nombre d’entre nous refusons de constater, porte toutes les caractéristiques d’une tumeur maligne.

Certes, elle est invisible et relativement indolore, mais elle nous écarte de toute simplicité et authenticité. Du "Principe" dirait un métaphysicien, dans son système d’expression directement issu de son cerveau gauche.

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
56:15
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

Le monde de l’homme moderne est un monde abstrait, technique, dénué de tout ressenti, et où l’observation est devenue une option inutile….

fratini inconscient animiste 1fratini inconscient animiste 2

Humus, humilité : de l’importance du retour à la Terre Mère.

Jung a assez peu écrit sur "l’animisme", cette matrice qui a enfanté nombre de religions qui lui sont ultérieures. Pour certains psychiatres, l’inconscient universel/collectif réside dans la Nature, dans ses lieux les plus magiques, dans ses entités aux pouvoirs irrationnels. La Nature remplit, depuis la nuit des temps, la fonction de contenant de l’inconscient et de ses archétypes. Un "lieu" que les médecine -men, ou chamans, ont l’habitude de fréquenter…
En compagnie d’Edouard Collot, Antoine Fratini, et Sébastien Morgan souhaitez-vous effectuer ce "retour aux sources" et décrypter les enseignements de Dame Nature ? Chemin faisant, vous comprendrez que notre vraie intelligence devrait plutôt nous servir à objectiver cette Nature : au lieu d’y plaquer des considérations anthropocentriques, nous devrions plutôt en extraire ses grands principes universels. Des principes qui embrasseraient d’ailleurs tout aussi bien les autres règnes : animaux, végétaux que minéraux…

Haut