Histoire des chrétiennes, l'autre moitié de l'Evangile

Que s'est-il passé entre l'église catholique et les femmes? Pourquoi l'Eglise, malgré une crise aux multiples symptômes, reste toujours réticente à s'ouvrir à l’univers féminin ? Pourtant à la lecture des Evangiles, aucune trace de misogynie n’est présente. Jésus de Nazareth dialogue constamment avec les femmes soulignant à de nombreuses reprises leurs visions prophétiques. Il les écoute, prend en compte leur opinion, change même d'avis lorsqu'il se trouve face au courage et à la ténacité de la Cananéenne. Aucune femme ne se méfie du Christ et c'est par elles que passe une part fondamentale de la Révélation. 

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
33:42
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

Dès la Visitation, la rencontre de Marie et d'Elisabeth et la manifestation du signe annoncent le début de l'ère chrétienne. C'est à la Samaritaine que Jésus, révèle, pour la première fois, qu'il est le Messie.  
Dans l'événement central de l'histoire chrétienne, la Résurrection, Christ choisit Marie Madeleine comme principal témoin. Le Jésus des Evangiles ne cesse de dialoguer avec les femmes et, grâce à ce dialogue, elles comprennent les événements.
dufo_chretiennes_1dufo_chretiennes2
Que s'est-il passé depuis? Pourquoi dès les Actes des Apôtres, ce dialogue est rompu et les amies du Christ disparaissent? De quelle façon les apôtres, bien avant la conversion de Paul, transforment-ils le Christianisme en une affaire d'hommes? Pourquoi, avec les Actes, s'opère-t-il une séparation entre le "ministère de la parole" et celui des "tables"? 
Et quelle influence Saint Augustin exerça dans ce processus d'exclusion? Voici quelques unes des nombreuses questions auxquelles Elisabeth Dufourcq, historienne, tente de répondre dans cet exposé de 34 minutes. Elle nous apporte un regard neuf sur l'histoire des chrétiennes en nous montrant que seul l'exemple du Christ résiste à l'épreuve de l'Histoire.
A noter que cette conférence a été organisée par l’Institut du Monde Arabe (M. François Zabbal) et l’Université du Temps Libre Vendômois dans le cadre de la journée « Femmes d’Orient et d’occident ».

Haut