djia_cycles_age1djia_cycles_age2
«On cherche à faire plus jeune » : la mère cherche à ressembler à sa fille. Le père à son fils. Et si ce n’est pas grâce à la chirurgie esthétique réservée à une "élite" fortunée, on se console en regardant des séries hollywoodiennes : les "Desperate house… ", "Sex in the … " etc … Pathétique exemple que nous donne en pâture (et explicitement à suivre) les nations matériellement dites développées (mais intrinsèquement dégénérées) avec moult renfort de son industrie de distraction-distorsion (cherchez l’entorse !...).
L’astrologie, qui existe depuis plus de cinq mille ans, est un langage symbolique qui parle à l’ensemble de l’humanité, quelque-soit sa race et sa culture. Cette notion fondamentale d’"humanité commune" qu’a évoquée Dane Rudhyar analyse les cycles du devenir de toute personne selon son âge et son époque.
Si à sept ans, on atteint l’âge de raison, à quatorze, celui de l’âge ingrat, à vingt-et-un celui de la majorité, quid de 42 ans, 63 ans ou 84 ans… qui constitue la fin de cycle pour les astrologues?
Comment expliquer que le nombre sept, qui est la durée d’une semaine dans notre calendrier actuel - mais que l’on retrouve aussi dans les aspects déterminants de la planète Uranus : 7 ans, 14 ans, 21 ans , 42 ans, 63 ans, 84 ans- influence-t-il toutes les générations d’hommes et de femmes depuis des millénaires ?
Souhaitez-vous découvrir à quoi correspond le cycle d’incarnation, d’involution - et d'éventuelles dévolution- dans la perspective proposée par la psychologie transpersonnelle ?
Eléments de réponses de Samuel Djian-Gutenberg dans cet exposé de 34 minutes enregistré au Forum 104.