Le cycle Saturne-Uranus, 1988-2032, duo inattendu entre abstraction et incarnation

Couper le monde des idées (Uranus-Ouranos) pour « prendre corps et s’incarner » (Saturne-Cronos) tel est le message qu’envoya le titan Cronos à son père Ouranos. Un message qui prit, dans les usages narratifs et métaphoriques grecs, la forme d’une castration. Cronos, fils de Gaïa-Terre Mère et d’Ouranos-Ciel Etoilé, castra son père, afin qu’une partie de lui, descende sur Terre et s’incarne. De son membre jaillit, dans l’écume des flots, Vénus-Aphrodite. Revoir à ce propos l’exposé de Michel Cazenave sur notre site (cf. plus bas).

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
51:37
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
Achat en VOD / 15 €

Après une brève présentation de la toile de fond mythologique, Gilles Verrier nous présente ici le choc de ces deux titans, sur un plan non seulement astro-psychologique, mais aussi concret : les enjeux civilisationnels d’aujourd’hui, dans lequel le monde des idées se confronte la matière.

verrier cycles 1verrier cycles 2

Un cycle de 45 ans qui unit deux générations, « père » et « fils » et qui a pris depuis 1988 une tournure sans aucun équivalent connu. Cela jusqu’en 2032 ?

En se basant sur le cycle que nous traversons actuellement, de 1988 à 2032, marqué par la fin de la Guerre Froide, la prise de conscience écologique (Gaïa, « cette grande oubliée refait surface »), la dématérialisation (Internet/Verseau, « Signe qui se trouve lui aussi sous influence saturnienne »), Gilles Verrier relate le choc que nous traversons actuellement : cette époque où les concepts, par nature abstraits et dématérialisés (Ouranos), se confrontent au principe de réalité : Saturne.

Un dialogue qui prend tour à tour les traits d’une danse cosmique, harmonieuse, ou de soubresauts désarticulés. Père et fils sont néanmoins faits pour s’entendre, et regarder dans la même direction, dans une même verticalité, céleste.

Reste néanmoins pour le fils, Saturne, de comprendre que « les mécanismes de répétitions », par essence transgénérationnels sont implacables. Une « loi d’airain » qui lui est pourtant quasi consubstantielle.

Un exposé qui ravira autant les amateurs de l’œuvre de Carl Gustav Jung que ceux de l’astrologie et qui projette une grille de lecture, claire et inédite, sur les soubresauts que nous traversons actuellement…

Haut