Née en 1917, bourguignonne, résistante communiste durant la Deuxième Guerre Mondiale, Paule  entre en contact avec l’alchimie dans les années 60 et, plus particulièrement, par le biais d’un enseignement ésotérique originaire des Etats-Unis,  BOTA (Builders of the Adytum). Pendant deux décennies elle explore l’alchimie spéculative puis, un jour de Pentecôte, alors qu’elle a décidé de tout abandonner, elle reçoit le nom de la Materia Prima : la porte de l’alchimie opérative s’ouvre alors à elle.

puccio_alchimie_1puccio_alchimie_2

Dans cet entretien, Paule, nous introduit dans ce chemin long, exigeant et tortueux, fait de travail et de repli, peuplé de faux maîtres et de mystificateurs qu’est l’Alchimie. Elle se garde bien de tout divulguer, nous rappelant d’ailleurs que «  si on dévoile le nom de la matière, on est condamné à l’exécration ». 

Dans une langue humble et directe, elle nous parle de son ascèse, de ce dialogue amoureux qui s’installe entre l’alchimiste et la matière et surtout de cet appel profond, cet adombrement qui vient d’en Haut, auquel elle se soumet avec obéissance depuis plus de 40 ans… 

puccio_alchimie_3puccio_alchimie_4
Entretien d'une durée de 47 minutes, réalisé par Jean Pataut, et enregistré chez lui, à Combres (Nièvre).