Rappelons qu’à cette époque les chrétiens ne forment qu'une « secte » parmi d’autres, et ses penseurs affichent une quête vers l’universalité et un rejet des cultes dits idolâtres.

II belayche etat 1II belayche etat 3

Des cultes et religions hétérogènes dans un monde en quête d’unité*…

Dans le cadre du projet de recherche universitaire AnHiMA, Nicole Belayche et Francesco Massa ont organisé un colloque passionnant et pour le moins original : « Les mystères au IIe siècle de notre ère : un mysteric Turn ? »**. 

Cette première allocution dresse un « état des lieux », introductif, et sera prolongée par une vingtaine d'interventions.

L’expérience secrète : la documentation antique gréco-romaine, en dehors du christianisme, est étonnamment silencieuse à ce sujet… 

« Dans les discours philosophiques et littéraires, ces cultes à mystères constituaient bel et bien une métaphore d’initiation à la sagesse ! », nous dit Francesco Massa. Et pour lui de poursuivre : « Il s’agit d’une métaphore que les auteurs chrétiens récupérèrent pour définir le contenu de l’enseignement de Jésus et les rituels d’entrée dans la communauté chrétienne »....

II belayche etat 4II belayche etat 2

Emprunt ? Récupération ? Ou banalisation ?

Un état des lieux captivant - et abordé de manière pédagogique - qualifié de « tournant » puisque, c'est le postulat de nos deux intervenants,  cette époque est marquée par une floraison de l’emploi du terme de « mystère » dans tous les systèmes religieux (paganisme, judaïsme, christianisme) et dans la plupart des textes littéraires (poésie, rhétorique, médecine, philosophie, homélie, exégèse).

Souhaitez-vous vous plonger dans l’effervescence spéculative – et initiatique - de cette époque ?  Découvrir la diversité des pratiques cérémonielles, depuis les plus ostentatoires consacrées aux dieux et aux empereurs divinisés, jusqu’à celles réservées aux seul.e.s iniitié.e.s ?

-------------------------

* Une forme de christianisme (celle professée par les évêques de Rome et d’Alexandrie) fut reconnue comme religion d’Etat en 380, sous le règne de l’empereur Théodose Ier.

** Enregistrement effectué à l’INHA, Paris, le 20/09/2018. Colloque international organisé par Nicole BELAYCHE (EPHE, PSL / AnHiMA), Philippe HOFFMANN (EPHE, PSL / LEM) et Francesco MASSA (Université de Genève), auxquels nous adressons nos remerciements.