L’art occulte de Chiara Fumai

Le 17 août 2017, l’artiste italienne Chiara Fumai mettait fin à ses jours dans sa galerie de Bari. Elle avait 39 ans. Le nom de sa galerie ? Doppelgänger, un terme signifiant « double fantomatique », synonyme de « présage funeste » et terme que les amateurs d’occultisme connaissent bien. Justement, Chiara Fumai était passionnée d’ésotérisme et les symboles occultes, la communication avec les esprits nourrissaient son travail d’artiste plasticienne et performative.

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
39:42
À partir de 12 € / mois
Achat en VOD / 15 €

Marco Pasi, historien en philosophie hermétique, internationalement réputé, l’a bien connue. Sans tenter d’expliquer son geste fatale (problèmes personnels ou ultime performance, « elle qui aimait mettre sa vie en scène et recréer un passé qui n’a jamais existé »), il lui rend ici hommage et souligne la singularité de son œuvre. De son engagement.

pasi chiara 1pasi chiara 2

Une artiste mue par les marges, le féminisme radical et l’occulte.

Les performances de Chiara Fumai appartiennent à la tradition des médiums féminins qui canalisent différentes entités. L’artiste se transforme alors en « interprète » et combine librement ces messages en histoires, en « mise en scène », questionnant ainsi leurs significations symboliques et leur réception dans l'esprit du spectateur-visiteur.

Marginalité, cirques, gnoses, féminisme radical, culture médiatique, langage, symbolisme et répression : voici les grands thèmes de l’œuvre prématurément interrompue de Chiara Fumai, alors en plein reconnaissance par ses pairs.

Une œuvre protéiforme mêlant performance, installations, vidéos, collages et affiches performatives. Après tout Protée n’était-il pas doué du don de prophétie et du pouvoir de transformation ? …

Exposé donné lors de la XXXVIIème journée d’études Politica Hermetica consacrée à « Art, ésotérisme et politique ».

Haut