"Le Grand Jeu est irrémédiable; il ne se joue qu'une fois. Nous voulons le jouer à tous les instants de notre vie (...) le Grand Jeu est un jeu de hasard, c'est-à-dire d'adresse, ou mieux de grâce : la grâce de Dieu, et la grâce des gestes"

écrivait Roger Gilbert-Lecomte en 1928.

Quels étaient les objectifs de la revue ?

Quelles étaient les relations de René Daumal et Roger Gilbert-Leconte avec André Breton ?

Quels furent les enjeux du fameux groupe de recherche ?

Réponse de Marc Thivolet dans un entretien mené par Fabrice Pascaud.