En effet Louis-Claude de Saint-Martin s’opposa aux dogmes des églises fixés par les conciles pour tenter de revenir à un christianisme originel fondé avant tout sur la Voie du Cœur (voie cardiaque) ayant comme seules pratiques la prière et la méditation intérieure. Mais contrairement à Luther, il ne voulut pas fonder une nouvelle église, ni même un nouvel Ordre initiatique, mais simplement rassembler autour de lui des amis ("La société des Intimes").

Louis-Claude de Saint-Martinvivenza eglise philosophie de Saint-Martin Jean-Marc Vivenza nous rappelle aussi que Louis-Claude de Saint-Martin fut un véritable gnostique avant la lettre en restant fidèle aux conceptions de son Maître, Martinez de Pasqually, qui enseignait à ses disciples que l’univers matériel aurait été créé par un démiurge comme prison pour punir les anges et les hommes de leur rébellion contre Dieu (un point de vue évidemment condamné par l’Eglise !).
Toutefois Saint-Martin s’écarta des doctrines de son Maître Martinez, en jugeant ses pratiques théurgiques "dangereuses et inutiles" puisque seul le Christ peut être le Réparateur menant à la Réconciliation entre Dieu et l’Homme: une opinion partagée aussi par Jean-Marc Vivenza qui se livre à une critique assez virulente des Ordres Martinistes et Martinézistes actuels qui, d’après lui, se sont éloignés de la pensée spirituelle de Louis-Claude de Saint-Martin.
Un point de vue que certains de nos téléspectateurs jugeront peut-être un peu extrêmiste, mais qui a le mérite de relancer le débat !
Êtes-vous tenté de percevoir les arcanes de cette "Eglise invisible" vers laquelle tendent autant d’illuministes ?
Eléments de réponse de Jean-Marc Vivenza, soumis ici à "la question" par Jean Solis…