Preuves à l’appui, il témoigne de la continuité initiatique depuis le Moyen Age jusqu’à nos jours, dans une transversalité qui dépasse les périodes historiques. Celtisme, christianisme, modernité… se fondent sur des mythes communs. Les sociétés anciennes (telle la chevalerie) comme les sociétés contemporaines (telle la franc-maçonnerie), utilisent des rites initiatiques récurrents, où le féminin joue un rôle fondamental, réel ou symbolique.
La chevalerie arthurienne va marquer les siècles, et la Rose Croix du 18ème siècle prolongera son mythe de façon très similaire.

bert graal1bert graal2

Les interactions entre des mouvements apparemment conflictuels sont, en fait, fort multiples : il n’est que de constater l’influence de l’Islam au moment des Croisades et les contacts établis avec les Juifs kabbalistes.
Le Graal est omniprésent dans toutes les mouvances et religions européennes, qu’il s’agisse des mythes fondateurs du 6ème siècle, du christianisme qui a largement puisé dans le celtisme, de tous les ordres rosicruciens et chevaleresques, voire de la révolution française, des artistes symbolistes et préraphaélites, du scoutisme, des courants maçonniques, et même des sectes et… du nazisme !
Le maître mot de Georges Bertin est que la religion naturelle est au-delà de toutes les religions. La laïcisation d’aujourd’hui n’abolit pas ce concept (écologie, new age…) car la chevalerie de l’esprit transcende la matérialité, toujours.
Dans cet exposé de 38 min., Georges Bertin témoigne de l’universalité des traditions et met le Graal au cœur de notre histoire européenne : les mouvances diverses, à travers l’espace et le temps, se retrouvent unies au centre de la Table Ronde.