Cette femme n’est-elle pas elle-même comme une figure archétypale de Lilith qui naît égale à l’Homme et le domine en lui faisant l’amour ?

Ne nous y trompons pas : l’amoureuse du Cantique n’est pas noire parce qu’elle est sombre, mais parce qu’elle est brûlée par la Lumière, telle Isis ; elle devient donc un sujet effrayant pour l’homme dominateur. Jardins et sources dans le Cantique, l’amoureuse est une métaphore d’un éternel féminin qui est peut-être beaucoup plus spirituel et plus mystique qu’on ne croit, et qui nous relie à une sorte de nostalgie d’un Divin perdu.

lalo 3 cantique1lalo 3 cantique2

Des domaines en apparence aussi éloignés que la kabbale et la psychanalyse nous montrent une ambiguïté flagrante quant à l’image du mâle dominateur, même si la religion comme le freudisme ont toujours tenté d’inférioriser la Femme, quitte à faire mentir, dans un cas les textes, dans l’autre une analyse détachée des problèmes intimes de Freud lui-même.
La kabbale tout entière – qui n’est pas la religion – ressemble à un dialogue sur l’ontologie du masculin / féminin.

Reléguant les lectures puritaines de l’Ancien Testament à des analyses à courtes vues, réhabilitant l’amour terrestre comme reflet de l’Amour cosmique du Créateur, le Cantique des Cantiques reformule la question de l’Espérance : l’Amour est-il plus fort que la mort ?