Une affirmation qui peut choquer certains et butte sur les deux milles ans qui nous précèdent….Pâle et sinistre histoire des hommes de pouvoirs (que Lalou qualifie de "néo-pharisiens") où expulsions, pogrom, autodafés et génocides se sont succédés si l’on se cantonne sur l’axe horizontal de la petite histoire, celle avec un petit h.

franck lalou Evangile de Thomasfranck lalou Evangile de Thomas

En revanche, dans une perspective métahistorique, ou mystique, il en est tout autre et la lecture que nous propose Frank Lalou paraît claire, lumineuse. Tout revêt un sens. Ainsi l’ultime interrogation de Jésus "Père pourquoi m’as-tu abandonné ?" caractériserait en fait le lien entre la pensée hébraïque et les Evangiles. Dans les deux traditions en effet, tout n’est que perte, abandon, et errance : "Tu haïras ton père et ta mère", "Qui veut gagner sa vie la perdra" etc….. Solitude ? Incitation à la haine ?

Que nenni ! C’est à une lecture inattendue que nous invite Frank Lalou : le retrait de Dieu (que les kabbalistes nomment "Tsimtsoum") où encore l’abandon du Père puis le supplice du Fils représenterait une métaphore du peuple juif et de l’Homme dans son êtreté universelle. Ce retrait représenterait un espace libre que le Créateur laisse disponible pour que sa création s’y déploie et évolue. Solitude devient ainsi synonyme de plénitude, abandon celui de potentialité et d’éveil de la conscience.

Ainsi, en référence à l’arbre Séphirotique "où chaque boule s’oppose à l’autre" tel un flipper métaphysique, "l’opposition devient présence" nous dit Frank Lalou "qui rétablit ce dialogue permanent entre cette présence mystérieuse et le pourquoi de l’abandon".

Souhaitez-vous aller à la rencontre de cette grille de lecture novatrice (et non syncrétique) entre pensée hébraïque et Evangile (et non entre "judaïsme et christianisme", précision subtile mais d’importance… ) ?

Réponses de Frank Lalou dans cet interview de 46 minutes, menée par Virginie Durand, et enregistrée au Forum 104.