Les planètes et leurs symboles

"Quand le sage montre la lune, l'idiot, lui, regarde le doigt" écrivait Confucius dans ses Entretiens, il y a 2500 ans….

De nos jours, sur cent étudiants en astrologie, si probablement la totalité d’entre eux pourra aisément reconnaitre et dessiner les glyphes de chaque planète, en revanche : combien seront en mesure de décrypter avec précision le sens symbolique des quatre figures géométriques qui les composent ?

En effet les sept planètes visibles à l’œil nu, ainsi que les trois planètes "invisibles" sont toutes représentées par des cercles, des hyperboles (demi-cercles), des barres verticales ou horizontales.

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
39:10
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

A quoi renvoie le choix de ces formes ? Leur interprétation contient-elle un message?

"Contrairement à une idée reçue, l’astrologie ne s’est pas créée au fil des âges par des couches successives d’apports hétérogènes, au contraire, son élaboration s’est faite dans un espace défini et un temps très précis" nous-prévient Luc Bigé en guise d’introduction.

En suivant ainsi l’ordre de notre système solaire, c’est-à-dire en partant de Mercure/Hermès, la planète la plus proche du Soleil (tiens tiens, comme par hasard c’est le messager des Dieux) et en remontant ce fil d’Ariane invisible jusqu’à atteindre la planète plus lointaine, Pluton, on comprend qu’à travers la symbolique de ces glyphes nos anciens ont élaboré un système cohérent. 

luc bigé planètes symbolesluc bigé astrologie

Le cercle (solaire) : symbole de l’unité, de la totalité, de l’Esprit.

Sa moitié, l’hyperbole (lunaire) : c’est la réception, l’ouverture et la multiplication. L’hyperbole anime, littéralement: elle donne une anima, une âme.

La barre verticale : le temps, la loi, l’ordre. La barre horizontale : l’expansion dans l’espace.

La conjonction de ces deux barres représente la croix : la matière, l’incarnation car toute manifestation est la collusion d’un espace et d’un temps défini.

La disposition de ces quatre symboles sur un glyphe : une subtile alchimie où l'Esprit va épouser la matière.

Souhaitez-vous comprendre, par exemple, le seul élément qui différencie Jupiter de Saturne (deux planètes qui n’ont pas grand choses en commun): ce n’est qu’une petite hyperbole qui dans le cas de Saturne se trouve en dessous de la barre du temps, alors que pour Jupiter elle se trouve à gauche de l’axe de l’espace…

Un iota de différence, un Yod oserait-on dire, mais qui sur le plan de la manifestation, revêt une charge énergétique fondamentalement différente.

Etudions le cercle; on s’aperçoit que les deux luminaires se ressemblent étrangement : le Soleil dans son cercle plein, et la Lune, avec ces deux hyperboles brisées et juxtaposées. Est-ce ce démembrement, cette fêlure qui tournoie constamment autour de nous, autour de notre conscience et qui nous donne, ici-bas "ce supplément d’âme" ?

Partez donc à la suite de Luc Bigé dans cette découverte symbolique passionnante et qui lève un peu plus le voile sur l’aphorisme de Rudolph Steiner "derrière les formes biologiques, il y a des forces formatrices"….

Haut