Le mystique se révèle là où l’ignorance est abolie, là où le réel ne peut plus se dire, dans la révolte tout ensemble que dans le renoncement. La période symboliste en a été profondément imprégnée et la dramaturgie ne sera plus un divertissement mais un théâtre de l’âme.

Poètes, mystiques et visionnaires, même langage dépassant le langage, pour une tension vers une réalité autre, transcendante et indicible. Le dogme et la théologie font place à une relation directe, extatique, de l’homme avec le divin.

pari theatre1pari theatre2

La conférencière va longuement discerner trois points de vue : littéraire, anthropologique et esthétique, où la négation s’inscrit dans le langage (ainsi que la démesure), où ce qui importe est la résonnance du mot et non le mot lui-même. Et de résumer le propos sur l’insatisfaction permanente des mystiques à être, à dire, et leur certitude du manque.
Lydie Parisse met en lumière les paradoxes, l’art de la métanoïa et de la métonymie des mystiques. En l’écoutant, nous percevons que la lecture des auteurs au "parler angélique" doit nous faire vivre une expérience littéraire autre pour nous permettre d’approcher de l’insaisissable….