Maurice Zundel: sa vie et son oeuvre

Maurice Zundel (1897-1975) prêtre, poète et penseur suisse restera sans aucun doute comme une des figures spirituelle les plus marquantes et les plus originales du christianisme du 20ème siècle. A l’âge de 14 ans, il fait vœu de pureté et s’engage spirituellement. Suivront des études de théologie qui ne le satisferont pas totalement car déjà il commence à tracer les lignes de son appel hors des dogmes rigides de l’Eglise.

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
53:48
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

A l’instar d’un Pierre Teilhard de Chardin, son originalité lui vaudra des problèmes au sein de sa hiérarchie pendant toute son existence. Il subira une longue période d’exil car comme avait dit l’évêque d’alors : «C'est un franc-tireur, et l'Eglise n'aime pas beaucoup les francs-tireurs ». Cet exil affirmera sa pensée résolument centrée sur le silence, la pauvreté et l’expérience : Rome où il est contraint de réviser sa théologie et découvre le thomisme; Paris qui marque la rencontre fondamentale avec la mystique trinitaire de St François d’Assise et avec l’abbé Montini, futur Paul VI ; Jérusalem, où il approfondit sa connaissance déjà vaste des langues anciennes ; Le Caire, où il découverte l’Islam. Puis il retourne en Suisse. 

Maurice Zundel mènera une vie de prédicateur itinérant les trente dernières années de sa vie. Une trajectoire existentielle qui façonnera en profondeur sa vision de l’homme et de Dieu qu’il nous a léguée dans une vingtaine de livres et des centaines de conférences. Une vision essentiellement centrée sur un Dieu conçu comme suprême pauvreté et éternelle redécouverte. Le Dieu de Jésus, unique et trinitaire qui nous délivre du Dieu unique et solitaire, despotique et tout puissant de l’Ancien testament. Un Dieu intérieur, innocent, aimant, pauvre, souffrant et fragile qui se donne à l’homme afin qu’il retrouve en lui-même sa divinité. Car, pour Zundel, le seul canal d’apparition de Dieu reste l’homme, et seule la transfiguration humaine peut le manifester. 
Michel Fromaget, anthropologue, nous fait découvrir la parabole extraordinaire de ce mystique contemporain. Il nous rend l’essence de sa pensée qui s’appuie sur une anthropologie tripartite de l’homme (corps, âme, esprit), sur le thème de la Nouvelle Naissance et de l’immortalité conditionnelle. 
Une pensée de prime abord singulière mais dont Michel Fromaget nous dévoile les correspondances subtiles avec le Christianisme Ancien, celui du Christ dans sa tradition la plus pure transmise aux anciens par les apôtres. Un exposé de 54 minutes filmé au Forum 104.

Haut