Depuis la découverte des manuscrits de Nag Hammadi, le corpus des Evangiles s'est enrichi de textes attribués à Thomas, Philippe ou Pierre. Parmi eux "l'Evangile de Marie" écrit en l'an 150, traduit par Jean-Yves Leloup, est le témoin du christianisme primitif et d'une parole féminine cachée même aux apôtres.

Pour l'auteur, l'Evangile de Myriam de Magdala (Marie Madeleine) est l'itinéraire du féminin en chacun de nous, homme et femme, de la psyché vers son acomplissement, son repos. Signifiant la "bonne nouvelle", il préfigure ainsi une aventure charnelle et spirituelle salvatrice. Marie de Magdala est en effet tout à la fois la compagne du Seigneur et une image de nous-mêmes. Elle reste une part de notre être à explorer, une étape de notre chemin à parcourir jusqu'à l'amour.
leloup_evangile_marie_madeleine_1leloup_evangile_marie_madeleine_2
Possédée par les sept démons que sont l'envie,la jalousie, la colère, etc., elle retrouve en Jésus son centre, son "Je suis". Elle n'est plus alors l'objet de son manque et des événements mais le sujet de ceux-ci. Parvenue à la paix du coeur, elle a retrouvé son regard non duel, sa pureté de coeur et son entièreté.
Comment se délivrer de sa possession? Comment se remettre dans son axe sous la guidance de l'Esprit Saint ? Comment apprendre à penser autrement? Réponse de Jean-Yves Leloup dans cette conférence vidéo de 48 minutes.