bona artaud1Antonin Artaud ou la fidélité à l'infini
Antonin Artaud, prophète du malheur contemporain ? Dans cet entretien, Françoise Bonardel va évoquer tour à tour les spécificités de la pensée d’Artaud dans cette période foisonnante que fut l’entre-deux guerres. Ses rapports avec André Breton (et le groupe surréaliste), Georges Bataille, Roger-Gilbert Lecomte et René Daumal (Le Grand Jeu). L’auteur nous explicitera ensuite "comment" et "où" placer la pensée d’Artaud face au christianisme, à la métaphysique (où l’ombre de René Guénon se dessine), à l’art, à la sexualité et à la Gnose, terme polysémique qu’il faut ici interpréter comme "connaissance salvatrice".

Dénonçant avec une rare virulence toute marchandisation de l’être humain, toute forme de productivisme, Artaud a compris avant ses contemporains que ce n’était ni dans la Foi, ni dans la connaissance rationnelle, que l’homme pouvait puiser la nourriture dont il avait besoin. L’intuition géniale d’Artaud, c’est ce mélange qu’il opère entre le très haut, le spiritualisme, et le très bas, le matérialisme. "C’est à cette caractéristique que l’on reconnait le sceau de l’hermétisme".

Antonin Artaud ou la fidélité à l'infiniAntonin Artaud ou la fidélité à l'infini

Une sorte de troisième voie, médiane, proche du taoïsme et que Françoise Bonardel nomme "théosophie sauvage".

Souhaitez-vous aller à la rencontre de cet auteur "très connu mais très peu lu" et comprendre les raisons qui font dire à Françoise Bonardel "son œuvre ne m’a jamais quittée"…. ?

Réponses dans cet entretien mené par Paul-François Paoli.